PARTAGER

Leur marche de l’Ucad à la Rts interdite la semaine dernière, les jeunes du C25 s’étaient contentés d’un affrontement avec les Forces de l’ordre. Mais Toussaint Manga et Cie ne comptent pas croiser les bras et ont décidé de manifester dans la banlieue. «Nous avons décidé d’organiser une marche pacifique de protestation dans les deux départements (Pikine et Guédiawaye) de façon conjointe, ce mercredi 30 janvier 2019 de 16 h à 19h», a informé M. Manga hier, lors d’une conférence de presse au siège du Grand parti de Malick Gakou à Guédiawaye. Ces jeunes des 25 candidats et recalés de l’opposition exigent «la libération immédiate et sans condition» des jeunes Karimistes et Khalifistes qu’ils qualifient de «kidnapping d’un autre âge orchestré par des nervis ou le régime de Macky Sall». Et d’ajouter dans leur résolution : «Nous réclamons la nomination d’une personnalité neutre en charge de la gestion et de l’organisation des élections entre autres, tenons le Président sortant comme unique responsable de la situation chaotique à venir, ferons tout pour l’empêcher de battre campagne au même titre qu’il a empêché certaines personnes d’être candidats, exhortons les leaders du C25 à maintenir la cadence et l’union sacrée, gage d’une libération totale du Peuple des griffes de despote Sall.»
Les jeunes du C25 estiment qu’«en agissant de la sorte», le pouvoir met «notre cher pays dans l’impasse et instaure un climat délétère» avant le scrutin du 24 février. Ils soulignent, en outre, qu’avec «ces manœuvres opérées au vu et au su de tout le monde, ils veulent injustement éliminer les candidats de la course pour la Présidentielle». Pour Marie Sow Ndiaye, «le chef de l’Etat a décidé de maintenir son ministre de l’Intérieur très coloré et l’ensemble des hommes du dispositif de vol savamment orchestré».
latifmansaray@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here