PARTAGER

Les mécaniciens du quartier de Hamo 4 rejettent le projet de centre commercial que la mairie veut ériger sur leur lieu de travail. Ils accusent la mairie de Ndiarème Limamou Laye et ne comptent pas bouger du site.

Il transpire, cherche ses mots, caresse sa barbe poivre-sel…
Moustapha Fall est «désemparé». Ce mécanicien installé à Hamo 4 dans le département de Guédiawaye, regarde son lieu de travail qu’il risque de quitter de force. Les vrombissements des véhicules empruntant la route du marché Mame Diarra ne masquent ses lamentations. «Le maire Baidy Sèye veut vendre notre lieu de travail», se désole M. Fall, marié à 2 femmes et père de 11 enfants. A plusieurs reprises, les mécaniciens ont été priés de quitter les lieux par les services de la mairie de Ndiarème Limamou Laye qui veut ériger un centre commercial sur ce titre foncier GW 01, selon les mécaniciens. Pourtant, un espace a été aménagé pour ces artisans au niveau de la Bande des filaos de Guédiawaye.

«La mairie n’a rien à voir avec un titre foncier de l’Etat»
Dans cet endroit électrifié sur financement du promoteur de la mairie, quelques véhicules en réparation sont stationnés. «Nous n’irons pas là-bas. C’est une occupation précaire. Les agents des Eaux et forêts vont nous chasser parce que l’endroit est une forêt classée», signale M. Fall installé sur le site depuis 1986. Pour Moulaye Camara, président du mouvement «J’aime le Sénégal», la mairie de Ndiarème Limamou Laye est dans une démarche de «tuer le secteur informel» à travers l’artisanat. M. Camara, conseiller municipal dans la commune de Sahm Notaire, estime que la mairie n’a pas autorité à agir sur ce terrain. «C’est un titre foncier de l’Etat. La mairie n’a rien à voir avec ça. La mairie n’a compétence que sur le domaine national», souligne-t-il.
Son argument est appuyé par Moustapha Fall qui a déjà initié des procédures pour disposer du site. «J’ai déjà saisi le service des domaines. Le receveur n’a pas rejeté ma demande. On nous demande un complément de dossier», se félicite M. Fall, président de l’Association des mécaniciens de Hamo 4. Moulaye Camara, lui fustige le projet de la mairie. «La force économique que nous avons à Guédiawaye, c’est le secteur informel. C’est l’artisanat local, les marchands ambulants… Pour assurer l’employabilité des jeunes et lutter contre le sous-emploi, il faut nécessairement qu’on encadre ce secteur artisanal», martèle M. Camara, par ailleurs vice-président de la Commission domaniale à la commune de Sahm Notaire.
Selon ce conseiller municipal, le Plan d’aménagement du littoral de Guédiawaye a été validé par les autorités régionales et le ministère de l’Urbanisme. «Il n’attend que le décret du président de la République. Si on les amène là-bas, c’est sûr qu’on va les déguerpir dans un ou deux mois», dit-il. Le président du mouvement «J’aime le Sénégal» demande au maire Aliou Sall de «freiner» Baïdy Sèye et son équipe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here