PARTAGER

La coalition au pouvoir est en train de voler en éclats dans la banlieue. Après les partisans de Lat Diop, c’est au tour du parti de l’Alliance démocratique pour une Afrique émer­gente/­Joowlèn de menacer de claquer la porte de la coalition, du fait de grandes frustrations.
Diaraf Sow, secrétaire général du parti, qui faisait face à la presse à Guédiawaye en présence des responsables et militants de son parti, a déclaré avoir gelé leurs activités politiques du fait du comportement du maire Aliou Sall : «Nous interpellons le chef de l’Etat pour lui dire qu’il a un parti ethniciste au niveau du département. D’ailleurs, c’est ce qui a fait que beaucoup de responsables sont en train de s’allier avec d’autres structures politiques en attendant de prendre une décision définitive.»
M. Diaraf Sow a ajouté que «le coordonnateur départemental n’a aucun respect envers les membres de la coalition Benno bokk yaakaar du département de Guédiawaye. Ces responsables souffrent en silence. Et personne n’ose s’opposer à Aliou Sall, par peur de se faire exclure de la coalition. Cette situation risque de peser lourd pour la coalition si les hauts responsables ne veulent pas descendre à la base pour y mettre fin». M. Sow va par ailleurs ajouter que cette situation a duré trop longtemps et que ce n’est pas la première fois que sa formation tire la sonnette d’alarme. Il estime que seule la démission de Aliou Sall pourrait remettre de l’ordre au sein de la coalition à Guédia­wa­ye.
latifmansaray@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here