PARTAGER

Les personnes handicapées expriment leur mal-vivre. Le temps d’une journée de sensibilisation et d’échanges sur la Convention des droits des personnes handicapées (Cdph), ces citoyens ont, par la voix de Mme Khady Ba, présidente des femmes de l’Anhms (Association nationale des handicapés moteurs du Sénégal), déclaré que les personnes handicapées sont constamment l’objet de discrimination et font face à de nombreux obstacles dans leur environnement. «Souvent, les Etats ne savent pas comment faire en sorte que les personnes handicapées puissent jouir de leurs droits au même titre que tous les autres citoyens. De nombreuses fausses idées sont véhiculées sur les personnes handicapées et très peu de personnes s’attendent à ce que les personnes handicapées soient capables d’accomplir quelque chose. Il y a un besoin de changement dans les lois, systèmes, services…», fait remarquer Mme Ba.
Pour cette dernière, les personnes handicapées méritent respect pour ce qu’elles sont et sont libres de faire leurs propres choix. «Les personnes handicapées ne doivent subir aucune discrimination. Les personnes handicapées ont les mêmes droits d’être impliquées et de prendre part à la vie communautaire au même titre que les autres. Tout le monde doit respecter la différence et accepter le handicap comme partie intégrante de la diversité humaine», soutient-elle.
L’Ong Ceci, à travers son projet «Voix et leadership des Femmes», accompagne la section féminine de l’Anhms, basée au quartier Wakhinane Nimzatt de Guédiawaye.
«Cette convention a pour objet de promouvoir, protéger et assurer la dignité, l’égalité devant la loi, les droits humains et les libertés fondamentales des personnes avec des handicaps en tous genres. L’objectif est la pleine jouissance des droits humains fondamentaux par les personnes handicapées et leur participation active à la vie politique, économique, sociale et culturelle doit être connue par tous.» «Nous aimerions qu’à l’issue de cette journée que les membres handicapés et élus locaux aient une large connaissance du contenu de la Cdph qui est étroitement lié aux Odd (Objectifs de développement durable) et aussi la nécessité de vulgariser la Cdph devant faciliter la sensibilisation au sein des communautés d’une part, et d’autre part des autorités locales, administratives et coutumières», souligne Mme Ba.
Les femmes de la section féminine de Guédiawaye ont tenu à remercier le maire de Wakhinane Nimzatt, Racine Talla, qui les a soutenues pour l’organisation de leur manifestation du jour, de même que l’organisation canadienne Ceci qui, à travers son projet Vlf, leur a accordé une subvention qui a permis l’organisation de cette activité et a également accepté d’accompagner la section féminine de l’Anhms Guédiawaye.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here