PARTAGER

C’est la peur au ventre chez les habitants de Guédiawaye. Après l’érection de la Vdn qui a occasionné le terrassement de plusieurs milliers de filaos et l’extraction du sable marin, les populations s’inquiètent de l’avancée de la mer. Au sortir d’une table ronde organisée par le Forum civil de Guédiawaye, elles ont proposé de mettre en place un cadre de concertation pour des projets.

Le prolongement de la Vdn, l’érection de deux cimetières et de la future université à Guédiawaye préoccupent beaucoup les habitants de cette ville. En fait, les constructions, érigées sur le littoral, ne sont pas sans conséquences pour la population de cette localité. Plus de 6 000 filaos ont été terrassés pour la construction de cette voie qui ira jusqu’à Saint-Louis. Ainsi que pour la construction des cimetières. En plus de ces terrassements d’arbres, il y a aussi l’extraction du sable marin qui se fait à longueur de journée sur cette plage. Ce qui inquiète la population de Guédiawaye exposée aux conséquences de l’avancée de la mer. Pour ne pas connaître les mêmes conséquences que les populations de Saint-Louis et de Rufisque, le Forum civil de cette ville a organisé ce samedi une table ronde autour du littoral. «Nous avons organisé ce forum pour discuter de la bande verte qui ne cesse de subir des agressions. Nous voulons rompre avec les discussions stériles et voir comment trouver des solution en regroupant tous les acteurs», a indiqué Michel Mendy, coordonnateur de Forum civil de Guédiawaye. Selon lui, les habitants de Guédiawaye ne sont pas à l’abri des conséquences néfastes de cette agression du littoral. Ils se trouvent de plus en plus exposés à l’avancée de la mer. De l’avis des panélistes, il faut procéder à un reboisement, car en dehors de cette agression, les filaos ont largement dépassé leur durée de vie qui est de 25 ans. Alors qu’ils ont été plantés entre 1948 et 1952 pour servir de rempart à l’avancée de la mer. Pour eux, si des projets d’utilité publique sont construits sur les lieux, il faudrait procéder à un reboisement en rendant aussi utile la bande verte en y installant des lieux de loisir où les habitants pourront non seulement se détendre, mais aussi gagner leur vie en créant des emplois. Après les discussions qui ont suivi les débats, il est ressorti de cette rencontre la volonté de mettre en place un cadre de concertation qui va regrouper tous les acteurs de la Société civile de concert avec les autorités étatiques pour la mise en place des projets, des plans d’urbanisme bien structurés au profit de la population de Guédiawaye, a informé l’environnementaliste Abdoulaye Faye.
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here