PARTAGER

Le foot guinéen est en pleine turbulence en ce moment, suite aux démissions notées au sein de la Cocan 2025 où le président de la Fédé et son vice-président ont claqué la porte. Avec la polémique entre Antonio Souaré et son ministre des Sports et la probable disqualification du Syli cadet au prochain Mondial U17, la coupe est pleine.

Selon le Sportifguinee, le président de la Fédération guinéenne de football, Mamadou Antonio Souaré, a lors d’un «entretien» avec la presse dans son centre sportif de Yorokoguia, près de Conakry, rappelé que «depuis la composition des membres du Cocan 2025, beaucoup de choses ont été dites, mais je vais être honnête avec vous. Ce Cocan-là, je ne suis pas dedans. Et j’ai déjà dit à la personne concernée que je ne suis pas dedans. Dans quel pays avez-vous vu un décret remplacé par un arrêté ? C’est vraiment dommage. Mais les gens doivent comprendre que l’interlocuteur des institutions du football, c’est la Fédération guinéenne de football. Moi, je ne suis pas venu dans le football pour me faire de l’argent. Je suis venu pour servir le football. Pour preuve, depuis mon arrivée à la tête de la Fédération, toutes les dépenses effectuées viennent de ma poche. Seules les missions de la Caf et de la Fifa ne sont pas financées par moi».
Antonio Souaré aurait enfoncé le clou en se payant le ministère des Sports. «On dit le ministère des Sports, et non le ministère du football. Et le rôle du ministère des Sports, c’est de faire la promotion du sport du pays en construisant les infrastructures et non la récupération. Au moment où les U17 partaient en Tanzanie, beaucoup ne croyaient pas à la performance de l’équipe. Mais quand elle s’est qualifiée en quart de finale, il y a eu la récupération. Je vous dis, en ma qualité du président de la Fédération guinéenne de football, que je ne connais même pas le budget qui était alloué pour le Syli cadet», aurait dit le président de la Feguifoot.

Le démenti de Souaré
Le site Guinee7.com a voulu savoir plus sur ces déclarations qui sortent assez graves en joignant le président de la Fédération guinéenne de football. Et surprise ! Souaré nous indique n’avoir jamais fait de conférence de presse, encore moins une interview avant et après la Can U17. Il rejette donc les propos mis à son compte, mais il reconnaît néanmoins avoir reçu dimanche dernier de jeunes journalistes sportifs, venus le remercier pour un «bienfait».
Si le journaliste de Sportifguinee reconnaît que la rencontre n’était «pas une interview en tant que telle, ou une conférence de presse», il indique néanmoins que «c’était lors d’une rencontre avec les jeunes reporters sportifs que les propos ont été tenus». A la question de savoir s’il a des preuves sonores de ces propos tenus par Souaré ? Il répond : «Non, c’est des prises de notes.»
En tout cas, le président de la Feguifoot dit mettre au défi quiconque d’apporter les preuves qu’il a tenu des propos qui, il faut le dire, pourraient le mettre en mal avec le gouvernement.
Rappelons que le président de la Feguifoot et son vice-président Amadou Diaby ont démissionné du Cocan 2025 qui devrait fonctionner sans un seul représentant de la Fédération. La guerre est donc officiellement ouverte entre la Fédération et le Premier ministre, Dr Ibrahima Kassory Fofana, via son ministre des Sports, Bantama Sow.
hdiandy@lequotidien.sn
(avec Guinee7.com)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here