PARTAGER

Le directeur général de l’Agence sénégalaise de la reforestation et de la Grande muraille verte, Haïdar El Ali, a déclaré samedi, à Ndothie, un village de la commune de Ndiob (Fatick), que «le transfert d’animaux sauvages doit se faire dans des conditions optimales de sécurité». «Le transfert d’animaux sauvages doit être fait avec des conditions optimales de sécurité et dans la plus grande transparence pour la sécurité de l’animal», a-t-il dit à l’Aps. Il réagissait ainsi à une interpellation sur la mort de deux gazelles oryx, survenue lors de leur transfert d’une réserve publique à une réserve privée appartenant au ministre de l’Environnement, Abdou Karim Sall. «Je suis désolé que certaines choses n’aient pas été prises en compte dans cette affaire, mais je considère que c’est dans le domaine de l’accident. On n’a pas fait ça exprès», a-t-il ajouté. S’expri­mant en marge du lancement de l’opération 100 millions de graines pour la terre, de l’inauguration d’un «Tolou keur» et de la pose de la première pierre de la pépinière communale de Ndiob, il a affirmé que ce qui est arrivé relève d’un accident. «Je peux penser que c’est un accident, parce que quand on transfère des animaux, on n’a pas pour objectif de les tuer, sinon on les tue sur place. Mais on les transfère pour leur permettre de les multiplier», a-t-il expliqué. «Je pense que cette affaire est une triste affaire. Tout le monde en a parlé. Je crois que c’est malheureux», a encore souligné l’ancien ministre de l’Ecologie et de la protection de la nature.
Pour lui, «le transfert d’animaux sauvages est une chose normale pour permettre à l’espace de se multiplier». Il rappelle néanmoins que «cela doit se faire dans des conditions optimales de sécurité». «Il y a deux mois, j’ai libéré huit gazelles oryx dont deux étaient en gestation dans la réserve de Kolly Alpha, une réserve communautaire de 1 000 hectares mise en place dans le cadre de la Grande muraille verte, dans de très bonnes conditions», a-t-il signalé. Il souligne que ces animaux «vont bientôt se multiplier». Il a rappelé que des transferts d’animaux ont été menés dans la réserve de Bandia, avec l’objectif de leur «permettre également de se multiplier».
Les activités environnementales initiées dans la commune de Ndiob se sont déroulées en présence du gouverneur de la région de Fatick Seynabou Guèye, du maire de Ndiob Oumar Ba ainsi que de partenaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here