PARTAGER

Le premier vol vers la Mecque, dans le cadre du pèlerinage 2017, a quitté Dakar hier. 344 pèlerins étaient à bord.

Dans son silence pesant transparait une fierté intérieure. Pour la première de sa vie vieille de 62 ans, Amadou Kâ va réaliser un rêve devenant réalité. Tout de blanc vêtu, l’homme au teint clair, au visage émacié, relève son chèche et égrène lentement son chapelet. «Je viens de Kanel», dit-il, mine radieuse. Pour réaliser ce rêve, qui devait le mener aux Lieux saints de l’islam, cet éleveur a fait preuve de courage et s’est privé de certains accessoires de la vie pour faire des économies durant 3 années. «J’ai vendu beaucoup de mes biens. C’est pour en arriver là. Pour la première fois de ma vie, je vais à la Mecque, c’est-à-dire chez notre Prophète Mahomed (Psl). Je rends grâce à Dieu», raconte-t-il avouant une certaine peur de prendre les airs.
Dans le salon d’honneur du hangar des pèlerins foisonne une foule de pèlerins bigarrée, dans une ambiance bon enfant, occupant l’espace dans l’attente de l’événement qui se prépare : le départ du premier vol. Fatou Mbaye en fait partie. Cette dame de 67 ans, habitant Fass, n’accorde pas trop importance à la cérémonie officielle que préside le ministre du Travail, Mansour Sy. «J’ai hâte d’être à la Mecque», glisse-t-elle chapelet à la main. En fait, 344 pèlerins ont pris l’avion hier en direction de la Mecque. Cette année, sur le quota de 10 500 pèlerins attribué au Sénégal, les voyagistes privés vont prendre en charge les 9 500 alors que la Délégation générale voit sa part diminuer à 1 000 contre 1 500 l’année dernière.
Délégué général au pèlerinage à la Mecque, le Pr Abdoul Aziz Kébé a invité les futurs pèlerins à être sérieux parce que «l’histoire du Sénégal a marqué ce pèlerinage». «El Hadji Oumar Foutiyou, c’est lors de son pèlerinage à la Mecque qu’il a montré aux intellectuels arabes qu’en Afrique de l’Ouest, il y a aussi des intellectuels à la dimension universelle. Il est revenu de ce pèlerinage avec le grade d’élu de Dieu», rappelle Pr Kébé. Si le départ du premier vol a connu du retard à cause de la cérémonie officielle, le gouvernement, à travers le ministre Mansour Sy, qui représentait son homologue des Affaires étrangères Mankeur Ndiaye, a assuré avoir pris toutes les mesures pour offrir aux pèlerins de bonnes conditions de voyage.
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here