PARTAGER

Le reporter du journal Lequotidien au Palais de justice, Mamadou Sakiné, a été physiquement agressé hier par un gendarme en faction au temple de Thémis. Cet auxiliaire de la loi a voulu, par un zèle excessif et mal placé, empêcher notre journaliste de faire son travail dans les strictes limites de ce que lui reconnaît le Droit. Non content de vouloir empêcher notre journaliste de prendre des photos dans le hall du Palais de justice, ce qui n’est interdit nulle part, ce fameux « a g e n t d e l’o r d r e », qui semblait plus animé par une intention de provoquer du désordre, lui a confisqué son téléphone portable de manière totalement arbitraire. Et comme Sakiné réclamait calmement son dû, le gendarme et ses acolytes se sont permis de le menacer de le déférer devant le procureur. Ce n’est que bien plus tard que Mamadou Sakiné a pu rentrer en possession de son bien. Il s’est aussitôt rendu dans un centre médical, où le médecin de service lui a délivré un certificat médical attestant de la violence du coup et du traumatisme qui en a suivi qui lui a occasionné une incapacité de travail de deux jours. Le journal L e Qu o tidie n tient à s’indigner fortement de ce comportement d’un auxiliaire de l’Etat, et à protester avec énergie contre cette tentative d’empêcher ses membres d’exercer leur droit à informer les citoyens. Nous n’acceptons pas que nos journalistes soient menacés dans leur intégrité physique ou dépouillés de leurs biens et mis en situation de ne pas faire leur travail en toute liberté, et sous la protection de la loi et de ses représentants. Nous ne comptons nous laisser intimider ni menacer par qui que ce soit. Et puisque certains parmi ces représentants ne semblent pas avoir compris leur rôle, L e Q u o tidie n ne va en rester là, et dès ce matin, une plainte sera déposée contre ce gendarme agresseur. Le Directeur de Publication

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here