PARTAGER

La banlieue dakaroise fait l’actualité depuis des semaines avec des séries de faits divers avec au menu des vols et des crimes odieux. Ce weekend, un cas de pendaison est venu allonger la liste des faits divers. Aujourd’hui, les populations n’arrivent toujours pas à s’expliquer cette série noire. 

La banlieue hantée par les faits divers depuis des semaines est devenue sujette à des discussions chez les populations. Hier vers 5 heures du matin, c’est un chauffeur de bus Tata qui a découvert sur sa route, à hauteur de la passerelle de Hamo 4, un jeune homme du nom de Oumar, âgé d’une trentaine d’années de nationalité guinéenne pendu. Son corps qui balançait a très vite attiré le regard du conducteur du bus qui, après avoir fait le constat, s’est vite rendu à la police de la localité de Wakhi­nane Nimzatt. L’information li­vrée, aussitôt les éléments du  lieutenant de police, Mansour Fa­ye, se rendent sur les lieux. Des prélèvements sont effectués par ses services.
Les sapeurs-pompiers viendront chercher le corps sans vie avant de le transporter à l’hôpital Aristide Le Dantec pour les besoins de l’autopsie.
Pour les amis de la victime, ce garçon a quitté son pays natal pour venir au Sénégal pour des études supérieures. Malheu­reu­sement sans moyen financier, il éprouvait d’énormes difficultés pour joindre les deux bouts. La victime avait été même hébergée par le gardien du stade de Ndiarème. Ce dernier ayant eu pitié du jeune étudiant lui de­mande de dormir au niveau des gradins. Avec l’arrivée du froid, il lui demande de dormir dans les vestiaires.
Aujourd’hui, ses amis et les populations locales se demandent ce qui est arrivé à Oumar Diallo pour qu’il mette fin à ses jours par pendaison. S’est-il réellement suicidé ? La police a ouvert une enquête pour connaître le mobile de cet acte.
latifmansaray@lequotidien.sn  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here