PARTAGER

Après ceux de Guédiawaye, les jeunes Apéristes de la commune de Bel-Air se sont réunis hier pour échanger sur les difficultés de leur commune qu’ils considèrent comme «laissée en rade». Khayar Diop, porte-parole du jour, souhaite une «meilleure prise en charge des préoccupations sociales des jeunes de l’Apr et des populations de Hann-Bel Air plus en général». «Cette jeunesse qui s’est engagée à accompagner le président de la République depuis 2008 et qui n’a toujours pas bénéficié ni de formation ni d’emplois n’en peut plus», souligne-t-elle. Malick Mbissene d’ajouter : «On ne peut pas comprendre aujourd’hui qu’on nous annonce au niveau du Port de Dakar plus de 300 à 400 jeunes recrutés, alors que dans notre commune aucun jeune n’en fait partie. C’est malheureux ! Aujourd’hui, certains sont frustrés et gênés.» Ces jeunes de la Cojer estiment d’ail­leurs que les «3 milliards de francs annoncés par le chef de l’Etat pour la formation et l’emploi des jeunes ne sont que du bluff».
latifmansaray@lequotidien.sn  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here