PARTAGER

A cause de l’incertitude politique, près de 45 mille Gambiens ont fui vers le Sénégal. Selon le Hcr, des problèmes de vivres vont se poser si la situation n’évolue pas dans le bon sens.

Le chiffre fait froid dans le dos : près de 45 mille personnes ont fui la Gambie. Selon le porte-parole du Hcr, Babar Baloch, qui cite le gouvernement sénégalais, environ 45 mille personnes se­raient arrivées au Sénégal en provenance de la Gambie dans un contexte d’incertitude politique, alors que les troupes sénégalaises et d’Afrique de l’Ouest sont entrées dans le pays hier, jeudi. Davantage encore pourraient fuir la Gambie, car la situation demeure tendue. «Par­mi les arrivants au Sénégal se trouvent des Gambiens, des Sénégalais, des binationaux ainsi que des Ghanéens, des Li­bé­riens, des Libanais, des Gui­néens et des Mauritaniens par­mi d’autres nationalités. Par ailleurs, au moins 800 personnes ont rejoint la Guinée-Bis­sau», explique le Hcr.
Il explique que les arrivants ont fui vers les régions de Fatick, Kaolack et Kaffrine au Sénégal, au nord de la Gambie, ainsi que dans les régions de Ziguinchor, Sédhiou et Kolda au Sénégal, au sud de la Gambie. «Les prochains jours seront critiques et davantage encore pourraient quitter le pays si la paix n’est pas rétablie sous peu», prévient M. Baloch.
Il faut savoir, d’après le Hcr, que plus de 75% des arrivants sont des enfants, principalement accompagnés par des femmes et séjournent chez des proches, au sein de familles d’accueil ou dans des hôtels. «Certaines familles accueillent jusqu’à 40 à 50 personnes et auront bientôt besoin d’aide, car elles risquent rapidement de manquer de ressources. Les autorités sénégalaises s’apprêtent à distribuer de la nourriture et des articles de secours pour une population allant jusqu’à 100 mille personnes»,  explique le porte-parole du Hcr qui soutient que les vivres comprennent du riz, de l’huile et du sucre. «Les articles non alimentaires comprennent des matelas, des tapis, des couvertures, des draps et du savon. Quarante tonnes de nourriture ont été livrées dans la région de Ziguinchor hier et la distribution aux récents arrivants et aux familles d’accueil devrait commencer dans les prochains jours», insiste-t-il.
Aujourd’hui, le Hcr et avec d’autres acteurs humanitaires sont prêts à appuyer les autorités et à fournir leur expertise pour l’assistance aux populations déra­cinées. «Nous sommes également disponibles pour aider les autorités à établir un système d’enregistrement harmonisé, ainsi qu’à former les personnels aux frontières sur les droits des réfugiés et les principes en matière de protection», note le porte-parole. Lequel a déployé des équipes pour l’évaluation dans les principales régions frontalières du Sénégal avec la Gambie et son personnel travaille en étroite collaboration avec les autorités locales pour évaluer les besoins des arrivants au Sénégal. «A Dakar, le Hcr est constamment en contact avec le ministère de l’Intérieur, chargé de coordonner la réponse humanitaire. Nous poursuivrons nos préparatifs en vue d’une éventuelle collaboration avec d’autres organisations des Nations unies, des Ong internationales et nationales ainsi que des partenaires opérationnels et gouvernementaux. La Gambie, elle-même, accueille quelque 8 000 réfugiés, principalement sénégalais, qui demeurent inquiets des événements politiques se déroulant dans le pays», conclut le Hcr.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here