PARTAGER

Il y a des personnes qu’on rencontre dans la vie et qui nous impressionnent à vie. Mamoudou Touré était un de ces esprits bien lunés et éclairés ayant un sens élevé de la compréhension de la vie. Il a pleinement et admirablement rempli sa mission au double plan de la vie. De par son exemple, nous avons compris que le temporel et le spirituel ne sont pas totalement dichotomiques, mais solidaires.

L’ancien ministre des Finances sénégalais sous Abdou Diouf, Mamoudou Touré, est décédé ce jeudi soir 28 décembre 2017 à Dakar. Brillant économiste, premier ambassadeur de la Mau­ritanie en Europe, il fut également fonctionnaire du Fonds monétaire international (Fmi) dans les années 80.
En tant que jeune et étudiant, il ne m’est jamais arrivé qu’on me demande mon modèle, et ne pas pouvoir donner une réponse  parce qu’il fallait aller passer un examen de référence : pas avant d’avoir Vieux Touré comme référence. Quand j’allais lui rendre visite, il avait toujours un petit salut filial pour moi ; il aimait prodiguer des leçons de motivation et conseils et il aimait que les gens portent éthique en  bandoulière.  Il savait, face à un manque d’énergie vocale, garder un aplomb, une force de caractère, une capacité d’analyse qui impressionnaient tous les visiteurs avant de se convertir en disciples. En plus, il y avait ce sourire, cet enthousiasme si propre à la jeunesse, jeunesse qu’il portait haut comme un étendard, comme tous les jeunes qui veulent et s’apprêtent à conquérir le monde, la vie. Comme il en a fallu de force intérieure pour affronter, sans jamais se décourager, les nombreux écueils dressés sur le chemin de l’existence ! Il avait toujours de l’espoir, une solution à l’horizon : pas question de baisser les bras ! Et encore moins question de se plaindre ou de perdre son sourire. A son âge, si ça prenait une canne pour se déplacer, Vieux Touré marchait avec courage,  il n’est pas fréquent de voir arriver un vieux à son âge marcher sans sa canne à la main. Une seule fois, je ne l’ai pas entendu dire : Là, je commence à trouver ça difficile. Cette vivacité physique était le reflet d’une résistance sans répit aux rigueurs de la vie.
Vieux Touré n’était pas seul. Il avait une femme formidable. Son fils unique toujours présent, attentionné, intelligent, soucieux du bien-être de son père modèle, mais aussi de celui de tous. Et de la même trempe que Vieux Touré  bien entendu. Eux aussi, jamais je ne les ai vus aigris, acariâtres, revendicateurs : ils posaient les bonnes questions, soutenaient leurs semblables dans la moralité transparente et dans toutes les épreuves, durant ces hospitalisations longues et difficiles, ces examens sans nombre, ces attentes qui sont le lot du système hospitalier. Ils ont su démontrer une force de caractère qui a impressionné tout le monde. Leurs vies étaient pourtant bien différentes de celles des familles ordinaires : ah ! Comme il est bon que les contraires s’attirent ! Dans ce cas, le produit fini est vraiment impressionnant, je peux vous l’affirmer.
L’an dernier, alors que Vieux Touré revenait d’un de ses voyages aux Usa, je m’étais dit que j’écrirais un message pour dire publiquement comment lui et sa famille étaient des personnes formidables. Déjà à ce moment, je savais que cette expérience de soins était vraiment spéciale. Je prévoyais le faire quand Vieux Touré serait plus apte et quand toutes ses souffrances naturelles seraient choses du passé… Mais hélas !
Aujourd’hui, c’est malheureusement suite à son départ que je mets ces mots par écrit. Ce que j’avais déjà constaté il y a deux ans s’est prolongé durant encore de longs mois et dernièrement, jusqu’à son départ de cette terre. Vieux Touré a mené un combat courageux et énergique pour gagner son leadership. Et ce, jusqu’à la toute fin de sa fin.
Je ne connais pas tout l’héritage qu’aura laissé Vieux Touré au cours de son trop long chemin parmi nous. Je peux cependant vous assurer qu’il m’aura marqué en tant que mentor, d’une façon très particulière et que je me trouve choyé de l’avoir connu. Grand-père Mamoudou, ce fut un privilège de t’avoir accompagné pendant des journées à discuter de notre fameuse journée d’hommage.
Tellement il n’aimait pas les vanités… Mon vieux et sa famille souhaitaient mettre en place «Un prix de l’excellence» pour les étudiants scientifiques du Sénégal : partant des Mathé­matiques, des Sciences physiques pour atterrir à la Finance, son domaine.
Fidèle ami de Mame Cheikh Hamidou Kane que j’ai rencontré grâce à vous, et du Président Ouattara et de l’imam Thierno Abdoul Kadre Ly que vous appeliez «Promotionaire» aux fins d’études coraniques.
Grâce à vous, j’ai pu discuter largement avec le Premier ministre Mamadou Lamine Loum et votre neveu, ancien ministre de l’Education du Sénégal Mon­sieur Ibrahima Niang, de Bocar Dia, fonctionnaire à l’Onu et tant d‘autres personnalités d’éthique et d’éminents professeurs, tel Hamidou Dia, et de chaleureux journalistes : El Hadji Hamidou Kassé et de Mamoudou Ibra Kane (les co-auteurs de Mamou­dou Touré : Un Africain au cœur de l’économie mondiale), du directeur de L’Harmattan : Monsieur Abdoulaye Diallo.
La liste est longue, mais je retiens ma rencontre avec votre fils Ibrahima, une valeur sûre, un héritier hors pair et Madame Maï­­mouna Kane Touré (Votre femme), ancien ministre de la Famille et l’action sociale sous Diouf.
Votre vie a été une belle leçon de courage, de la confiance en soi de par votre parcours d’un élève – secrétaire de son oncle alors chef de canton et qui, finalement par la forte volonté, a pu parachuter dans les grandes institutions étatiques et financières du monde : directeur de la Communauté économique européenne, ambassadeur, directeur du département Afrique au Fmi et finir comme ministre de l’Economie et des finances du Sénégal de 1983 à 1988. Une époque marquée par l’ajustement structurel, où le Sénégal a lancé les Nouvelles politiques agricoles et industrielles dans les périodes aussi difficiles pour les Etats d’Afrique.
Brillant économiste,  d’un caractère de chef religieux au vrai sens du terme. Disciple et fervent croyant, modeste et rigoureux dans la véracité des mots. Un homme pieux et sincère.
Dans nos derniers échanges, vous nous disiez que nos mots vous  touchaient. Puissent mes mots vous toucher encore où que vous soyez  désormais ! Je leur confie de vous dire toute mon estime, toute l’affection  et toute l’admiration que j’ai pour vous. Toute la peine aussi. Durant ces dernières années où nous nous sommes connus, nous nous sommes rencontrés à de multiples occasions. A chacune de ces rencontres, vous m’avez appris, encouragé, guidé, avec confiance et bienveillance des valeurs d’éthique. Durant ces dernières années où nous nous sommes rencontrés, vous  m’avez montré l’exemple, celui d’un homme brillant, généreux, attentif, courageux, passionné et enthousiaste qui n’a cessé de donner le meilleur de lui-même au service de ce monde étrange qu’on appelle «la communauté économique».
Vous  voulez rendre ce monde meilleur, plus beau, plus fort, plus collectif, plus constructif, et lui offrir des avenirs de projets où la Science serait radieuse. Grâce à vous, tant de choses ont été bâties, reconstruites, inventées, espérées ou simplement vécues. Grâce à vous, nous sommes là, bien installés entre ces lignes que vous avez fait bouger pour nous, pour notre bien, pour la science économique de notre pays. Alors je vous dis Merci.
Merci pour tout ce que vous avez  fait pour nous, pour le bonheur que vous nous avez offert de vous connaître, pour tout ce que vous avez transmis comme valeurs d’éthique et de ce que vous m’avez donné personnellement, votre savoir, votre  écoute, votre  confiance, votre modestie et vos encouragements, et surtout votre disponibilité n’est pas du tout évidente à votre âge. Vous êtes parmi nous de par vos actes, et je vous dis à bientôt, à bientôt de vous rejoindre dans cet espace perlé d’étoiles où vous brillerez désormais, intensément, chaleureusement et toujours.

Un parangon de vertu !
La jeunesse sénégalaise et africaine a de quoi s’inspirer quand il s’agit de l’homme Mamoudou Touré.
Mes sincères condoléances à tout le Peuple sénégalais et particulièrement à sa famille !
Paix à votre âme Maama Mamoudou Touré !
Votre petit-fils et disciple.
Ousmane SAM 
Président de la Commission jeunesse-éducation-formation
de Tad Dakar 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here