PARTAGER

Le ministre de la Culture, Abdou Latif Coulibaly, a présenté hier ses condoléances à la famille de Habib Faye, ainsi qu’à la communauté artistique et à tout le Peuple sénégalais. «Le Sénégal perd un grand artiste au talent pur qui a marqué de son empreinte la production musicale du Sénégal», indique le communiqué du ministre qui loue les qualités de cet homme identifié comme l’une des figures de proue de la musique sénégalaise. «Artiste multi-instrumentiste, compositeur doué et arrangeur ingénieux, Habib Faye servi par un génie créatif inépuisable, a beaucoup apporté à la réalisation d’albums de différentes générations d’artistes-musiciens au Sénégal et en Afrique», dit M. Coulibaly, qui relève en ces circonstances douloureuses, le génie créatif et le caractère légendaire de cet artiste. «Abreuvé depuis son jeune âge aux sources d’un foyer que Dieu a nanti d’instrumentistes doués, Habib Faye était depuis longtemps entré dans la légende artistique sénégalaise en  étant une locomotive du Super Etoile, formation contribuant avec brio à l’expression internationale de notre patrimoine musical», rappelle le ministre qui se dit attristé par sa disparition.

Alioune Diop, directeur de Rsi : «Le festival de Jazz de Saint-Louis doit lui rendre hommage»
«Habib Faye était un bassiste de talent qui a marqué la scène musicale sénégalaise. Etre membre de la formation du Super Etoile suffit à marquer la scène musicale sénégalaise. Il était talentueux. Ce que je retiens c’est qu’au début des années 80, quand il formait avec Youssou Ndour le duo You&Bib, il a pu concevoir et réaliser beaucoup de choses. Mais ce duo a fait long feu et je me pose toujours la question pourquoi ce duo n’a pas marché. C’était pourtant un bon duo. Et quand on parle de Habib Faye en tant qu’instrumentiste d’un orchestre de Mbalax, on fait inévitablement allusion à sa carrière solo. C’était un adepte du jazz. Il était fondamentalement influencé par le jazz. C’est l’occasion pour le festival de Jazz de Saint-Louis de lui rendre hommage parce qu’il a marqué le festival. Il était fondamentalement influencé par le jazz. On pourrait même dire qu’il avait un faible pour le jazz. Il avait un faible pour la musique calme, différente jusque-là de ce qu’il faisait au Super Etoile. Ça lui permettait aussi de vivre d’autres aventures musicales. Ça lui permettait d’aller à la rencontre d’autres con­cepteurs musicaux. C’est la musique sénégalaise, c’est la scène culturelle qui perdent un éminent animateur.»
Vieux Mac Faye, musicien et frère de Habib Faye
«Mes condoléances à tout le Sénégal»
Le rappel à Dieu de Habib Faye est une grande perte pour tous. Pas seulement pour nous qui sommes de sa famille. Je présente mes condoléances à tout le Peuple du Sénégal et à la communauté artistique à laquelle il appartenait. Et je remercie spécialement Youssou Ndour.»
aly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here