PARTAGER

A Nafiland, le Sénégal de l’au-delà où coulent le lait et le miel. L’Assemblée nationale  est circulaire comme pour exprimer que tout le monde y est égal. Ainsi, même l’honoré président de l’institution prend place dans le cercle, sans estrade, rappelant ces preux chevaliers de la table ronde, tous adoubés par le peuple. Il y règne la sérénité propice pour faire des lois. Contrairement au Sénégal où  les cohues et les invectives dévalorisantes peignent aujourd’hui tristement les députés qui croient s’y représenter eux-mêmes, avec leurs humeurs et émotions déplacées et hors contexte.
Et les citoyens de se demander comment nous avons pu déchoir si bas, nous qui étions parmi la grande élite de l’intelligentsia africaine et mondiale. Peut-être simplement, parce qu’il  est très facile  d’être élu député par un peuple immature à qui il arrivait et il arrive encore aujourd’hui, de vendre sa voix à quelques minables politicards, pour se retrouver avec d’infects représentants vaniteux, qui ne se préoccupent que de s’engraisser eux-mêmes voracement et sans aucune vergogne, en se vautrant sous le prédicat ronflant d’honorable, avec des salaires rocambolesques, des dotations de carburant propres à une locomotive de marchandise, et leur rutilante voiture tous terrains.
Pour avoir une assemblée nationale recadrée et redimensionnée à la recherche et au vote de lois salvatrices pour notre peuple, nous autres patriotes, voudrions bien que le député soit sans aucune triche et de facto issu de la volonté populaire pour représenter dignement ses concitoyens. Ainsi, est-il impératif que la Constitution soit traduite dans les langues vernaculaires et parfaitement sue par le peuple entier, surtout par les locataires de l’hémicycle qui en sus de pouvoir légiférer avec lucidité, devraient s’auto-ordonner, de la vulgariser amplement auprès de leurs électeurs. Comment pouvons-nous légiférer si nous sommes ignorants des articles de la Constitution, qui est la loi mère définissant les prérogatives de cette grande institution qu’est le président de la République démocratiquement élu au suffrage universel et son pouvoir hautement exécutif? Ensuite, que sont ses ministres et autres fonctionnaires, astreints d’agir dans l’immédiateté pour résoudre les problèmes qui se posent au peuple ? Qu’est-ce le pouvoir législatif et ses prérogatives ? Que peut valoir le législateur s’il ne connait pas le sérieux et difficile rôle qui lui est dévolu pour agir dans la prospective, sans quoi rien ne pourrait trouver un achèvement ou une résolution future.
Chaque représentant du peuple devrait pouvoir critiquer ou approuver toujours positivement, pour construire dans l’intérêt de notre peuple avec de solides arguments, le travail de l’exécutif et proposer au besoin des amendements, contrairement aux dits Honorables qui se complaisent aux mots de Cambronne ou battent tapageusement les mains, ou huent. Le député devrait par le respect de son mandat, son honnêteté, et la rigueur en sa mission; Représenter sans jamais oublier qu’il est un humble émissaire du peuple, Légiférer, après avoir discuté démocratiquement avec ses mandataires de l’opportunité des propositions de loi. Dans sa mission, doivent être circonscrits absolument le compte rendu épisodique qu’il doit donner aux concitoyens qui l’ont mandaté, et son rôle de sentinelle imperturbable qui veille pour Contrôler en permanence l’application fidèle des lois votées au nom du peuple, ainsi que la séparation des pouvoir. Représentez avec humilité,  Légiférez avec lucidité,  Contrôlez avec rigueur et diligence rien que pour le peuple. Ainsi qu’ils le sont tous au Cercle de Nafiland, le Sénégal de l’au-delà où coulent le lait et le miel.  Vous aussi serez, mes bien chers compatriotes, Messieurs les Honorés députés.
Patriotiquement vôtre

Papa Amadou NDIAYE
Candidat député de la diaspora
Europe du Sud. Union citoyenne Bunt-Bi
Leconsulteursa@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here