PARTAGER

Les travailleurs de l’hôpital Matlaboul Fawzény de Touba ont observé hier, un arrêt de travail pour alerter contre le risque d’effondrement du bâtiment central. Ils mettent l’Etat du Sénégal devant ses responsabilités.

Une partie du Centre hospitalier national Matlaboul Fawzény de Touba menace ruine. Les travailleurs, las de cette situation et des promesses non tenues par l’Etat de réfectionner cette partie du bâtiment central, ont observé hier un mouvement d’humeur pour alerter les autorités. Doudou Ndiaye, porte-parole des travailleurs, confie : «L’Etat du Sénégal, qui avait fini de consigner des risques d’effondrement concernant le bâtiment, qui constitue le cœur même de l’hôpital depuis plus de 18 mois, reste dans le mutisme total alors que le délai imparti expire à la fin du mois de juin.» Très en colère, les travailleurs de Matlaboul Fawzény ont tenu à rappeler aux autorités supérieures du pays leur promesse faite devant le Khalife général des mourides de construire un R+4 en lieu et place de l’installation de conteneurs, comme solution palliative. Ce nouveau bâtiment devrait abriter le bloc opératoire, la réanimation, la maternité, la chirurgie et l’ensemble du bloc administratif. Pour Doudou Ndiaye, «aucune autre proposition ne nous agrée. Nous sommes unis comme un seul homme pour défendre l’intérêt des populations mais également préserver notre outil de travail». Les travailleurs de Matlaboul Fawzény ne comprennent pas aussi que leur structure sanitaire, qui est de niveau 3, la seule hors de Dakar, ne bénéficie pas de la même considération que les autres hôpitaux nationaux. «Depuis août 2015, l’hôpital ne fait plus d’examens de scanographie», se désole Doudou Ndiaye.
Le Centre hospitalier Mat­laboul Fawzény a été érigé en Hôpital national (niveau 3) en mars 2005. Cet établissement de santé a été construit par le Dahira Matlaboul Fawzény, dirigé en son temps par Dame Ndiaye. Il aurait coûté la bagatelle de 7 milliards et a été donné au Khalife général des mourides d’alors Serigne Saliou Mbacké. Il a été inauguré en 2005 par le Président Abdoulaye Wade, le regretté Issa Mbaye Samb était ministre de la Santé. Fallou Diop, ancien inspecteur général d’Etat, a été le 1er directeur de cette structure hospitalière.
badiallo@lequotidien.sn  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here