PARTAGER

Par Khady SONKO (Envoyée spéciale à Saint-Louis) –
L’établissement de santé public de niveau 1 de Richard-Toll man­que de beaucoup de choses malgré les interventions de l’Unfpa. La structure a besoin de l’aide de l’Etat pour reprendre l’ensemble de son réseau électrique complètement vétuste. Selon le directeur, Dr Amadou Bakhao Diaw, il s’y ajoute la nécessité d’un concentrateur d’énergie, d’un groupe d’énergie, d’un incinérateur. Dr Diaw renseigne qu’avant chaque opération, le personnel vérifie si le groupe électrogène fonctionne ou pas. Au cas contraire, il renonce à l’opération. «Il y a des choses qu’on brûle à l’intérieur, ce n’est pas normal. Il faut que l’hôpital ait un incinérateur, une morgue. Il pouvait souffrir d’une absence de morgue parce que c’était un poste de santé. Maintenant qu’il est devenu un hôpital où on opère et fait beaucoup de césariennes, il faut une morgue», a plaidé le directeur.
Concernant le réseau d’assainissement et les fosses septiques, Dr Diaw indique que la structure, construite dans les années 50, est complétement dépassée.
L’établissement sanitaire ne dispose pas d’une banque de sang. Mais grâce au financement du gouvernement à travers la coopération luxembourgeoise, la banque de sang va être construite dans les six prochains mois. «Ce qui va épargner un à deux morts par mois. Chaque fois, on a des problèmes, les poches de sang sont terminées. Une femme saigne, on l’amène dans l’ambulance pour Saint-Louis, elle peut mourir en cours de route. Il y a tellement de femmes qui meurent ici pour des problèmes de sang, c’est une catastrophe», déplore le directeur.

Bientôt un service d’accueil et d’urgence
Cependant, l’établissement est en train d’être doté d’un bloc opératoire sur fonds propres. «On a acheté du matériel, con­tractualisé un chirurgien parce qu’on a tellement eu d’activités en matière d’actes chirurgicales que le ministère a pu voir qu’il fallait construire un bloc. Celui-ci est en cours avec deux salles.»
En plus du bloc opératoire, la structure va bientôt disposer d’un service d’accueil et d’urgence grâce aux efforts des fils de la localité. Dagana est le 4e département le plus «accidentogène» du Sénégal. «Vous ne pouvez pas passer une semaine sans qu’il n’y ait deux à trois morts et cha­que fois on les amenait ici», renseigne le directeur.
A l’endroit de l’Unfpa et des parlementaires, il a sollicité un appui pour raser le bloc et construire un pôle mère-en­fant. L’ef­fort est là, car il y a déjà un pédiatre, un gynécologue, des sa­ges-femmes.
«Il nous faut un deuxième gy­néco, car il est inimaginable qu’un gynéco fasse quatre à cinq césariennes la nuit. Le matin, il est fatigué et on évacue les femmes à Saint-Louis. Il nous faut un autre pour qu’ils se relayent. On ne peut pas avoir 400 mille personnes pour un seul gynéco. Il faudra également un anesthésiste et un autre pédiatre, une am­bu­lance médicalisée», a ré­clamé Dr Diaw.

ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here