PARTAGER

Invité de l’émission Tout Est Là sur la 2Stv, l’artiste-musicien, Souleymane Faye, a réagi avec émotion à une question relative à ses réalisations dans la musique sénégalaise. Relancé par l’animatrice Bijou Ngoné sur un ton moqueur, le chanteur a quitté le plateau. Très en colère. Et depuis trois jours, la toile prend fait et cause pour le «Diégo» national. Le Quotidien livre certaines prises de position aussi révélatrices qu’évocatrices.

Les téléspectateurs sont calés pour suivre l’émission Tout Est Là. En direct sur la 2Stv, samedi dernier. L’animatrice Bijou Ngoné de l’émission Confron­tation, qui participait à l’émission Tout est la animée par Mamadou Sy Tounkara, interpelle le célèbre artiste-musicien, Souleymane Faye : «Qu’est-ce vous avez eu à réaliser dans votre carrière de musicien riche de cinquante ans, à la différence d’un Youssou Ndour qui a investi par exemple dans plusieurs secteurs ?» Cette question vient à la suite d’autres questions déjà assez embarrassantes et inappropriées pour une émission de télévision. Elle dérange surtout, parce que servie sous forme d’humour et de comparaison entre tel et tel autre artiste. Et sans surprise, Souleymane Faye, connu pour ses positions directes, s’énerve, mais répond froidement. «Si avec tout ce que j’ai produit comme chansons du­rant ma carrière vous me demandez ce que j’ai fait pour le Sénégal, je vous réponds : ‘’Merci’’», dit-il avec un sourire narquois avant d’entonner une chanson. Quelques minutes plus tard, très atteint dans son honneur par cette «question déplacée» de l’animatrice, l’artiste revient à la charge et exprime tout son regret. Puis d’un geste soudain, il enlève son micro, retire sa guitare, quitte enfin le plateau, demandant à son percussionniste Aziz Seck de le suivre.
L’irréparable s’est produit. Tout le Sénégal branché sur la 2Stv a vu. L’invité boude ainsi le plateau devant des milliers de téléspectateurs. Et une belle leçon de télévision est ainsi donnée. Un cas d’école qui mérite qu’on s’y attarde. Car cette scène qui s’est passée en live, doit faire réfléchir aussi bien la société que les hommes et femmes de médias. A travers son geste, l’auteur de l’album Respect, qui sortira en 2018, dit à tous : «Trop c’est trop !» Et c’est donc tout naturel que depuis samedi, les commentaires s’enchaînent sur la toile pour dénoncer le manque de rigueur et de professionnalisme de certains animateurs de télévision. Tout le monde prend fait et cause pour Souleymane Faye. A juste raison, d’ailleurs. Beaucoup d’internautes affirment qu’il y a un minimum de respect que l’on doit à un invité.
D’autres, qui saluent le «franc-parler» de Souleymane Faye et surtout sa réaction qui a consisté à bouder la suite de l’émission, mentionnent que «ce sont des émissions de ce genre qui ne cessent d’enfoncer la 2Stv dans l’océan de la médiocrité».

Réactions presse
Du côté de la presse, plusieurs voix se sont également levées pour condamner. Le très culturel Aboubacar Demba Cissokho de l’Agence de presse sénégalaise a sur sa page Facebook rendu un hommage à l’auteur de Teyluleen, Xarit, Jëleeti, Ndigël, Nittu tey, Sogui, entre autres créations. «Ce musicien peint notre société, nous procure des émotions que nous n’avons pas la force ou le talent d’exprimer nous-mêmes, des histoires inspirantes, etc. Il nous réconforte aussi dans les moments de doute et de douleur… Ce ne sont pas là des ‘’réalisations’’ qu’on touche du doigt, mais elles sont bien plus précieuses, parce qu’elles sont le signe et la trace indélébiles de notre humanité. De grâce, si on ne sait pas apprécier et évaluer cela, qu’on ait la pudeur de ne pas manquer de respect aux téléspectateurs…», écrit Aboubacar Demba Cissokho. Pour lui, «en quittant le plateau de cette émission, Souleymane Faye a exprimé en fait ce dégoût pour une attitude d’irrespect qui se traduit régulièrement par des comportements semblables à ceux de l’animatrice de la 2Stv, et finit toujours, par des ‘’ndeysaan !’’ ou encore ‘’c’était un grand artiste’’…».
«Si seulement on savait ce que nous donnent avec générosité et talent nos artistes, on les respecterait davantage. C’est un devoir. En réécoutant Faye -que, heureusement, de nombreux Sénégalais respectent -, on mesure aisément ce qu’il nous a apporté comme émotions et éléments de prise de conscience», mentionne encore Aboubacar D. Cissokho, indexant «le rapport que notre société entretient avec nos artistes, créateurs…considérés -s’ils n’entrent pas dans le moule du paraître érigé en hypocrite mode de vie- comme des marginaux, des êtres ‘’anormaux’’».
Outre le journaliste de l’Aps, l’homme du Y’en-à-marre, Fadel Barro, ancien reporter au journal Le Quotidien, a lui aussi vivement condamné le traitement réservé par les animateurs de la 2Stv à Souleymane Faye dans cette émission. Il a surtout invité les journalistes culturels à investir les télévisions pour animer les émissions avec professionnalisme en lieu et place des animateurs qui déçoivent et «font du n’importe quoi !».
arsene@lequotidien.sn

1 COMMENTAIRE

  1. S’il vous plait dites à Souleymane Faye que nous avons eu plus mal que lui. Nous l’adorons. Qu’ils pardonnent juste à ces incultes et pries pour eux. Quant a la 2STV, il est temps que El Hadj Faye reprenne les choses en mains… s’il en a les couilles & that is the question

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here