PARTAGER

Marre que cela soit toujours des non-Sénégalais qui nous fassent rire dans les médias étrangers, alors que ce ne sont pas les talents qui manquent au Sénégal. Le tout est de savoir les dénicher. C’est le but du concours que lance bientôt l’agence C com ça, et qui va concerner dans un premier temps 8 grandes villes du pays. Et qui sait, le Sénégal va découvrir bientôt son Mamane ou son Gohou national.

La 1ère édition du concours 100% humoristique Dakar Lol sera lancée le 20 janvier à Dakar. Aïssatou Kane, directrice de l’agence C com ça qui organise cet événement en partenariat avec Samba Show, a hier, au cours d’une conférence de presse, déroulé les lignes directrices de ce concours qui verra la participation de 8 villes du Sénégal : Dakar, Thiès, Mbour, Kaolack, Louga, Saint-Louis, Kolda et Ziguinchor. Dakar lol se tiendra du 20 janvier au 11 février, pendant les week-ends, dans les centres culturels des différentes régions.
Il sera la première phase d’un plus grand événement, à savoir le festival d’humour international «Dakar fait sa comedy » de Samba Show qui se tiendra au Grand Théâtre du 16 au 17 mars, et où sont attendus des humoristes africains de la trempe de Michel Gohou et autres Ma­mane… Selon Mme Kane, ce concours de Dakar lol a été initié pour dénicher les talents qui se cachent dans les régions. «Notre but est de pouvoir montrer à ces gens qui ont l’habitude de faire de l’humour à l’étranger qu’au Sénégal il y a des humoristes qui peuvent faire les choses comme eux. Nous aurons des internationaux, des binationaux… On s’est dit pourquoi on laisse ces gens faire des spectacles et ne pas chercher des talents dans notre pays pour montrer que nous sommes aussi capables de faire de l’humour», confie-t-elle.
Avec les membres du jury, et en compagnie de Kader, Aba No Stress, Ndiaye Tfm et Mari Ndiago, la caravane de Dakar lol sillonnera 8 régions du Sénégal à la recherche des meilleurs talents. Ceux qui sauront faire rire avec de l’audace, de l’art, mais aussi de la manière. Et à ce propos, l’initiatrice révèle que «tous les sujets sont ouverts sauf religion et politique». Ceux-là qui se seront illustrés et sélectionnés parmi les 8 finalistes viendront à Dakar pour passer un stage artistique encadré par Kader. Ils bénéficieront en plus d’une retransmission de leurs performances sur deux chaînes internationales du réseau Canal+, la chaîne A+ et les chaînes de Samba Show. Le grand vainqueur de la finale repartira avec une enveloppe dont le montant n’a pas encore été dévoilé. Il aura également la chance de se produire à l’international via la chaîne Samba Show.
Dans une vie moderne guettée facilement par le stress, il est plus qu’utile, aux dires de la directrice de l’agence C com ça, de prendre au moins quelques instants de sa journée pour se laisser aller au rire. «Le rire c’est la santé, la joie de vie. Le rire c’est de la vitamine. Le rire booste la personne. Sans hu­mour, il n’y a rien», estime Mme Aïssatou Kane. Il reste à espérer que les résultats soient à la hauteur du challenge.

Kader Diarra sur la capacité des humoristes sénégalais à faire des shows en français  : «J’ai partagé la même scène que Mamane et Yass il y a juste un mois»

Les humoristes africains les plus célèbres estiment que l’humour du Sénégal peut difficilement s’exporter. Ce dont ne sont pas d’accord tous les humoristes sénégalais. Kader Diarra Pichininico a apporté, à sa manière faite de retenue, sa réponse.

L’année dernière, l’humoriste Yass se désolait de ne voir d’humoristes sénégalais sur les scènes internationales. A sa suite, Mamane aussi faisait le même constat. A la question pourquoi il n’y avait pas d’humoristes sénégalais dans le Parlement du Rire, le Nigérien relevait que c’est parce que les humoristes sénégalais ne s’expriment généralement qu’en wolof. A croire que l’humour sénégalais ne faisait rire que le Sénégalais.
«Comment va se dérouler le concours ? Comment peut-on concevoir un concours d’humoristes dans un pays où les comédiens n’ont pas de niveau ?» Piqué dans son amour propre, le président du jury de Dakar lol, Kader Diarra alias Pichininico a d’abord tenu à répondre à la dernière question. «Il y a un mois, moi-même qui suis là, j’ai partagé la même scène que Mamane et Yass», répondra-t-il d’un ton laconique, avant de poursuivre. «Je ne veux pas faire de commentaires. S’il n’y a pas d’humoriste sénégalais qui parle français, s’il n’a pas de niveau ou n’est pas au niveau, un Sénégalais ne sera pas sur la même scène que les Gohou, les Yass, Mamane…» Reste à es­pérer que ses compatriotes et lui intégreront effectivement le fameux Parlement du Rire !

aly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here