PARTAGER

L’usine de déferrisation de l’eau en provenance de Pout, située sur le site du point K (Sébikotane), sera livrée au deuxième semestre 2019. L’unité d’une capacité de production de 40 mille m3/l par jour va aussi réduire les fortes te­neurs en manganèse et en hydrogène sulfuré.

Les eaux rougeâtres, noirâtres ou qui sentent l’œuf pourri qui jaillissent parfois des robinets de la banlieue dakaroise seront bientôt un mauvais souvenir. La Société nationale des eaux du Sénégal (Sones) est en train de réaliser, dans le cadre de l’amélioration de la qualité de l’eau servie dans la banlieue de l’agglomération dakaroise, une station de déferrisation. L’Unité d’une capacité de 40 mille m3/jour est sur le site du point K, situé à Sébikotane, dans le pôle urbain de Diamnaidio. Elle va traiter des eaux à fortes teneurs en fer (qui donne un aspect rougeâtre) en hydrogène sulfuré (sensation d’œuf pourri) et en manganèse (aspect noirâtre) des forages des champs captant de Pout-Kirène, Sébikotane.
Cette station dont les chantiers ont été visités hier par le Directeur général de la Sones, permettra de réduire fortement les teneurs en fer, en manganèse et en hydrogène sulfuré de l’eau produite à partir des forages.
«1mg/l à 0,1mg/l pour le fer (contre 0,3mg/l suivant les normes Oms) soit un taux de rabattement de 1000% ; 0,1mg/l à 0,05mg/l pour le manganèse et délimiter le l’hydrogène de sulfuré (h2s)», expliquent les techniciens.
Pour ce faire, ils ont adopté la technologie du traitement par filtration physico-chimique en passant par un système d’aération forcé.
Afin de minimiser l’impact sur l’environnement, le recyclage des eaux de lavage par un système de traitement des boues sur épaisseur a été adopté. Ce procédé permet de limiter, selon les techniciens, le taux de rejet à moins de 1% contre celui de plus de 4% généralement observé dans les stations classiques. De même, la consommation énergétique est limitée avec ce système, à 0.6 kwh/m3. Il s’agit, selon les termes de référence du projet, d’éliminer la couleur rougeâtre de l’eau due à l’excès de fer et qui pose un réel problème d’acceptation de l’eau de boisson (doute sur la portabilité de l’eau même si tel n’est le cas).
Le projet vise également à réduire le taux des produits de désinfection «car la demande en réactif des eaux troubles est relativement élevée (réduction des coûts d’exploitation)». Aussi, le projet va permettre d’opérer une économie substantielle sur les produits de désinfection (hypo chlorure de sodium).
Les travaux génie civil achevés à 98%, il reste, selon Charles Fall, à réaliser les tests d’étanchéité des différents ouvrages de stockage. «Il ne reste que les raccordements électriques et hydrauliques sur la conduite qui passe par Thiaroye pour aller directement dans la banlieue», a-t-il expliqué à l’issue de la visite.
Le Dg de la Sones indique que les travaux d’équipements sont en cours avec un taux d’avancement physique de près de 75%. Il espère une mise en service de l’usine au 2e semestre 2019.

Travaux réalisés à 75%
L’infrastructure hydraulique est un investissement de plus de 5,5 milliards de francs Cfa dont 4,9 milliards pour la réalisation de la station de déferrisation et 0,4 milliard pour les prestations de contrôle et de supervision des travaux.
A cours terme, le projet va permettre le renforcement de la production par la mise en service au courant du 2e semestre, d’un volume de 10 mille m3 supplémentaires à travers le casier de Tassette et 15 mille m3/j en deux phases à travers le casier de l’axe Bayah-Diender-Thieudème.
Parallèlement à son défi de produire de l’eau en quantité, l’Etat veut relever à travers ce projet, celui de la disponibilité de l’eau, mais surtout d’eau de qualité. «Nous, nous attelons à l’amélioration de la qualité de l’eau pour la rendre acceptable par le consommateur», a indiqué Charles Fall. D’après lui, il s’agit là d’une révolution sociale. «Le même projet est réalisé et mis en service à Fatick et la même chose est en train d’être faite à Koungheul et après ce sera Kaolack», fait savoir le Dg de la Sones.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here