PARTAGER

Le projet de dessalement de l’eau de mer des Mamelles de Ouakam a été lancé hier par le Premier ministre Mohamed Boun Abdallah Dionne. L’ouvrage, d’un coût de 137 milliards de francs Cfa et dont les travaux vont démarrer au premier semestre 2019, produira dès 2021, 50 mille m3/j extensible à 100 mille m3/j à partir de 2026.

Le Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne, a lancé hier le projet de réalisation d’une unité de dessalement d’eau de mer des Mamelles de Ouakam.
Le projet est composé d’une usine de dessalement d’eau de mer d’une capacité de 50 mille m3 par jour dès 2021, extensible à 100 mille m3 par jour en 2026, la pose d’une conduite principale de distribution de 11,4 km, des réservoirs des Mamelles au Pont de l’émergence. S’y ajoute le renouvellement des conduites de distribution existantes dans la zone d’influence de l’usine, sur une longueur totale de 460 km.
«Héritées de la colonisation, ces conduites sont vétustes et occasionnent des pertes d’eau importantes», lit-on dans le dossier de presse de la Société nationale des eaux du Sénégal (So­nes).
Le coût global du projet, dont le financement est assuré par le Japon, est évalué à 137 milliards de francs Cfa répartis entre les infrastructures de l’usine de dessalement, le renouvellement des anciennes conduites du réseau de distribution des conduites de Dakar, entre autres.
Pour optimiser l’exploitation de cet ouvrage, un programme d’amélioration du réseau de distribution par le renouvellement de 460 km de conduites sera mis en œuvre, selon le Premier ministre.
L’usine continuera à couvrir la demande en eau dans le triangle Dakar-Thiès-Mbour. «Repré­sen­tant 0,3% du territoire national pour ¼ de la population nationale, soit environ 4 millions d’habitants, Dakar consomme 72% de la production du périmètre affermé», selon le document de la Sones.
Dans le cadre de la réalisation de cet ouvrage, la population locale bénéficiera d’une chambre froide pour le comité local des pêcheurs, de 15 triporteurs isothermes pour les mareyeurs de Ouakam. Il est aussi prévu la réalisation d’un récif artificiel au large de la plage de Ouakam pour la nidification et la croissance des poissons, en collaboration avec la Direction des pêches maritimes, la reconstruction du centre de santé municipal de Ouakam, la réfection de la falaise des Mamelles en collaboration avec la Direction des phares et des balises. Il s’agira aussi du réaménagement du ravin d’écoulement des eaux pluviales en canal bétonné, de la réalisation d’une voie dallée d’accès à la plage des Mamelles et au site de rituels coutumiers.
«Le processus de sélection de l’entreprise en charge de la construction est en cours. Les travaux démarreront dans le premier semestre de l’année 2019», a indiqué le Premier ministre, Maham­med Boun Abdallah Dionne. La mise en service de l’ouvrage est attendue en début 2021, soit deux ans de réalisation.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here