PARTAGER

Pour consolider la transparence et la gouvernance du secteur extractif et instaurer une gouvernance responsable, inclusive et participative, le Sénégal a lancé une série de réformes. Le pays a entrepris, entre autres, un processus de révision du Code pétrolier. Pour permettre aux acteurs de la Société civile de participer de façon «efficace» à ces réformes, Oxfam a organisé avant-hier un atelier de formation à l’intention de ces derniers. Cet atelier, explique le responsable de Programmes de l’Ong au Sénégal, Elimane Kane, est une combinaison de deux sessions de formation de leurs partenaires au Sénégal sur «le cadre international juridique des hydrocarbures et sur les normes et la mesure des impacts environnementaux et économiques de l’exploitation des ressources pétrolières et gazières». Les initiateurs de cette formation veulent que la Société civile anticipe sur la maîtrise du secteur des hydrocarbures. Et pour cela, soutient M. Kane, il faut avoir les connaissances requises. Il invite ainsi les acteurs de la Société civile à relever les défis de renforcement des capacités.
Avec les découvertes  de gaz et de pétrole, estime Me Pape Sène, il est tout à fait normal que les acteurs de la Société civile et les acteurs étatiques et non-étatiques puissent se retrouver autour d’une table et discuter de ce cadre juridique normatif. D’après le président du Comité sénégalais de droits de l’Homme, «la chose pétrolière et gazière ne doit pas être simplement une affaire de l’Etat ou d’un groupe de personnes. Elle doit intéresser l’ensemble des citoyens sénégalais, parce que c’est un don de Dieu qui est là. Et il ne faudrait pas qu’un groupe de personnes s’en accapare et en fasse ce qu’il veut. Cela est une préoccupation forte du président de la République. C’est pourquoi il a mis en place le Cos-Petrogaz (Comité d’orientation stratégique du pétrole et du gaz : Ndlr) et fait adhérer le Sénégal à l’Itie (Initiative pour la transparence dans les industries extractives : Ndlr) pour beaucoup plus de transparence dans la gestion des ressources minérales».
abciss@lequotidien.sn   

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here