PARTAGER

Après une nouvelle prorogation des anciennes cartes nationales d’identité jusqu’au 31 décembre 2017, le directeur de l’Auto­ma­tisation du fichier a tenu à rassurer les Sénégalais.

Le 1er octobre, l’Etat a dans un communiqué fait état de la prorogation des cartes nationales d’identité jusqu’au 31 décembre 2017. Cette fois-ci, le Directeur de l’automatisation du fichier (Daf) souligne, concernant cette nouvelle prorogation, qu’«elle sera la dernière, je le souhaite bien». Avant-hier, le commissaire Ibrahima Diallo a tenu à préciser l’élément suivant : «Ce qu’il faut savoir, ce que ce sont les cartes qui ont expiré qui ont été prorogées jusqu’au 31 décembre. Mais celles qui ont encore une durée de validité restent valables jusqu’à ce qu’un acte les annule.» En marge de la visite de prise de contact du nouveau ministre de l’Intérieur dans les directions et services de son département, le Dg de la Daf a fait l’état sur l’avancement de la production des Cni. «Au moment des élections, nous en avions produit près de 5 millions 500 mille. Il restait à peu près 800 mille cartes à produire. Nous allons pratiquement terminer demain (hier) de les produire. Et nous les remettons aux autorités administratives pour le retrait», a-t-il indiqué.
Pour les Sénégalais qui n’ont pas 18 ans et les citoyens qui ne souhaiteraient pas voter, il a répété que des centres d’instruction de la carte d’identité sont en train d’être installés au niveau des commissariats de police, les sous-préfectures, les brigades de gendarmerie et dans les consulats à l’étranger. D’ailleurs, selon Ibrahima Diallo, «actuellement nous avons déjà installé le consulat général de Paris, de Madrid, de Milan. La semaine prochaine, nous allons installer New York, Abidjan, Libreville, Djeddah et Casablanca». Après la direction de l’Automatisation du fichier, le ministre de l’Intérieur s’est rendu à la direction de la Police judiciaire et à la direction de la Protection civile. A la fin, Aly Ngouille Ndiaye a dressé un bilan de la journée. «Nous avons eu à visiter la Daf qui est généralement une grande attraction, tout le monde le sait, à cause des cartes d’identité et les cartes d’électeur. Ce sont des problèmes qui seront bientôt dépassés parce que pratiquement toutes les instances sont sur le point d’être terminées. Au niveau de la direction de la Police judiciaire, je pense que nous devons tendre vers une numérisation de beaucoup de leurs archives.»
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here