PARTAGER

Pour rien au monde Ibrahima Ndiaye ne quittera sa famille pour aller faire le jihad. C’est ce qu’il a déclaré hier pour réfuter les accusations dont il est l’objet.

«Je n’ai jamais eu l’intention d’aller en Libye ou au Nigeria», a martelé hier Ibrahima Ndiaye pour réfuter les accusations d’actes de terrorisme par association de malfaiteurs, actes de terrorisme par menace ou complot visant à troubler l’ordre public, blanchiment de capitaux, financement du terrorisme et apologie du terrorisme portées contre sa personne. Il a toujours pensé, dit-il, que les gens de Boko haram sont des rebelles. «Ceux qui se font exploser n’ont rien à voir avec l’islam», indique-t-il en précisant qu’il n’est pas fou pour laisser sa famille et aller faire du djihad.
Ibou Ndiaye dit avoir été arrêté au moment où il attendait la dame Arame qui tenait à le voir. «On m’a conduit à la Brigade cellule anti-terroriste de la Mauritanie. Mais, ceux qui m’ont arrêté sont des terroristes. Ils m’avaient ligoté avant de m’abandonner dans une étroite cellule durant toute la journée» sans être libéré après une perquisition infructueuse à son domicile, a-t-il soutenu. «Ils m’ont détenu en me faisant savoir que qu’ils ont arrêté Mohamed Ndiaye qui détenait par devers lui la somme de 400 mille francs qui leur aurait dit que la moitié de l’argent m’appartenait et que j’avais aussi un plan de voyage avec Moha­med.» Bien qu’il reconnaisse avoir connu Mohamed Ndiaye depuis 2014, Ibrahima Ndiaye nie être au courant du projet de voyage au Nigeria.
L’accusé est aussi revenu sur le cas de Moussa Mbaye qui, selon lui, s’est radicalisé après les événements de Diourbel de 2011 au cours desquels des individus avaient mis le feu à la mosquée de imam Abdou Karim Ndour pour lui avoir reproché «d’avoir tenu des propos discourtois à l’endroit de la confrérie mouride lors de ses prêches».
«J’ai reconnu deux Sénégalais dans des vidéos des combattants en Libye»
Selon lui, le jour du baptême de son fils, Mohamed Ndiaye lui a montré des vidéos de combattants en Libye, encagoulés et tenant des armes à la main. «J’ai reconnu deux d’entre eux, à savoir Moustapha Diop et Aboubacry Guèye (disparu).»
Le juge ne s’est pas privé de l’interpeller sur ces révélations. «Vous n’aviez pas d’autres choses à faire que de visualiser des vidéos de combattants djihadistes le jour du baptême de votre fils ?» «C’est juste une vidéo», minimise-t-il en révélant avoir tenté de dissuader Mohamed Ndiaye qui lui avait confié qu’il retournerait en Libye, au risque d’être arrêté.
Ibrahima Ndiaye niera avoir eu l’intention d’aller en Libye, soutenant que Mohamed a pu parler avec un combattant sénégalais en Libye, en l’occurrence Mous­tapha via le télégramme. Mais, ce voyage n’a pas eu lieu parce qu’on ne lui a pas remis les 200 mille francs Cfa pour le financer. Il nie aussi avoir soutenu que le jihad est un impératif et qu’il avait l’intention de le faire.
Ndiaye soutient avoir connu imam Ndao à travers ses prêches et Moussa Mbaye au Lac Rose. Ce qui n’est pas le cas de Makhtar Diokhané qu’il n’a connu qu’en prison.
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here