PARTAGER

On a toujours connu chez Idrissa Seck une certaine propension à user de l’humour dans ses déclarations politiques. C’est pourquoi on peut considérer que sa dernière sortie, reprise dans les livraisons des médias, sur la fameuse affaire des «Chantiers de Thiès», procèderait d’un trait d’humour. Mais il faut le dire, ce serait un humour de mauvais goût, un humour mal placé. On ne peut pas narguer les contribuables sénégalais de la sorte. Des Sénégalais dont Idrissa Seck se promet de prendre en mains les destinées. Si ce n’est pas de l’humour, ce serait alors du cynisme, car Idrissa Seck révèlerait qu’il n’a aucun respect pour nous autres contribuables sénégalais. C’est comme qui dirait que nous sommes si amnésiques au point qu’entre 2004 et maintenant, nous aurions déjà oublié toutes les péripéties de cette affaire qui reste l’un des plus gros scandales de la vie publique au Sénégal depuis les indépendances.
En effet, Idrissa Seck veut nous faire croire qu’il est blanc comme neige dans l’affaire qui lui avait valu un emprisonnement de plus de 7 mois. Il affirme que ce n’était qu’une vulgaire cabale politique orchestrée par Macky Sall. Qui ne se souvient pas que quand le Premier ministre Macky Sall avait convoqué, à l’hôtel King Fahd, les médias et la représentation diplomatique à Dakar pour évoquer l’affaire des «Chantiers de Thiès», Idrissa Seck répliqua en disant que Macky Sall se livrait à un exercice dont il ne connaissait pas les tenants et aboutissants, que cette affaire ne regardait que le Président Abdoulaye Wade et lui-même Idrissa Seck. Il disait que lui et le Président Wade étaient les deux seules personnes au monde à savoir ce qui les liait. Qui ne se souvient pas que le même Idrissa Seck ne niait point avoir distrait des ressources publiques du Sénégal, mais cherchait-il à expliquer ses incartades par le fait que les fonds distraits constituaient des fonds politiques ? Comme si une pareille explication serait recevable… Qui a oublié que le même Idrissa Seck déclarait devant les médias que cette affaire résultait d’un partage de butin entre grands bandits ? Il donnait une leçon de sagesse selon laquelle les grands bandits ne se battaient qu’à l’heure du partage du butin. Ces mots sont, encore une fois, de la bouche de Idrissa Seck et les archives des médias sont encore là. C’est dire simplement que ces propos avaient toujours été des aveux éloquents de la prévarication des ressources publiques par le duo Idrissa Seck et Abdoulaye Wade. Et puis, tout le Sénégal peut attester que dans cette affaire dite des «Chantiers de Thiès», il n’y avait pas une meilleure source d’informations que le journal Le Quotidien. C’est notre organe de presse qui avait les informations de première main dans cette affaire, au point que notre journal annonça, jusqu’à la date, l’heure et les circonstances de la sortie de prison de Idrissa Seck. Nous étions là pour raconter à notre public les tractations du célèbre «Protocole de Rebeuss», passé entre Idrissa Seck et Abdoulaye Wade. Ce dernier n’avait pas de scrupule pour tordre le cou à la justice sénégalaise pour la faire acter d’un arrêt de non-lieu et permettre ainsi à Idrissa Seck de sortir de prison le 9 février 2006, à la mi-temps du match de demie finale de la Coupe d’Afrique des Nations de football, opposant au Caire le Sénégal à l’Egypte. Idrissa Seck s’était ainsi engagé à rembourser 21 milliards de francs Cfa à Abdoulaye Wade. Les acteurs de cette négociation, en l’occurrence Me Nafissatou Diop Cissé (notaire) et Me Ousmane Sèye (avocat), en ont déjà largement témoigné et nous détenons copie de cet accord secret. Le mandat donné par Idrissa Seck aux négociateurs est classé dans les rangs des minutes du cabinet de Me Papa Sambaré Diop, notaire. Nous avions pu avoir accès à toutes les pièces de cette procédure judiciaire. Et Idrissa Seck le sait parfaitement. Cela nous avait d’ailleurs valu, personnellement, une interpellation par la justice pour «recel de secrets d’instruction judiciaire». Nous étions donc bien là et nous pouvons bien retracer les éléments de cette procédure. En effet, nous détenons toutes les commissions rogatoires qui étaient passées dans cette information judiciaire, qui avaient débusqué des comptes bancaires multiples de Idrissa Seck et de son épouse Ndèye Penda Tall. Pour rafraîchir la mémoire à Idrissa Seck qui semble aujourd’hui amnésique, on peut citer notamment ses comptes bancaires les plus éloquents et qui avaient enregistré des transactions, on ne peut plus étonnantes, comme en France, en Suisse, au Luxembourg, entre autres.
Idrissa Seck est peut-être un homme de défi. Qu’il déclare solennellement nous délier du secret bancaire, en nous autorisant à publier les relevés de comptes bancaires si tant est qu’il osera supporter le regard des Sé­négalais, une fois ces documents rendus publics ! Qu’il demande à son épouse, à qui aucune activité professionnelle n’est encore connue, de faire de même ! C’est ainsi que l’opinion publique sera bien édifiée. Nous pouvons déjà assurer à nos lecteurs que Idrissa Seck ne le fera point. Il s’abritera, comme à l’accoutumée, derrière le clavier de son ordinateur pour user de pseudonymes pour insulter copieusement les journalistes. On peut considérer que Idrissa Seck cherche à absoudre Abdoulaye Wade de l’avoir jeté en prison, car il cherche à se rabibocher avec la famille politique du Président Wade. On a l’impression d’assister à nouveau au burlesque épisode des «audiences de midi» à la veille de l’élection présidentielle de 2007. Pour avoir un électorat, Idrissa Seck semble prêt à tous les reniements et à toutes les affabulations, mais il ne devrait pas oublier que les témoins sont encore en vie. Il est aussi du devoir de la presse de rappeler les positions, propos et postures des uns et des autres qui prétendent gouverner leurs concitoyens. Quand Macky Sall quitta Abdoulaye Wade, Idrissa Seck avait fait des mains et des pieds pour chercher à le prendre son sous giron, déclarant à tous vents que le Président Wade s’en était pris justement à Macky Sall, toujours dans le dessein de chercher à baliser la voie à Karim Wade pour succéder à son père.
mdiagne@lequotidien.sn

7 Commentaires

  1. Toi-même Ex Moussa Sarr de WALF, tu es pathétique, tu es malhonnête car tu dois poser la même question à ton ami Macky Sall qui a déclaré avoir 8 milliards en moins de 10 ans ! Tu es venu riche en terrains et maisons en moins de 10 ans alors tout le monde que la PRESSE en général, le journal en particulier ne nourrit pas son homme au Sénégal sauf les corrompus ! Les mêmes faits que tu dénonçais au temps de Wade, se répètent tous les jours et personne ne te voit dénoncer les comportements de Cheikh Kanté et voleurs de nos ressources publiques.
    Triste Sénégal

  2. Toi-même Ex Moussa Sarr de WALF, tu es pathétique, tu es malhonnête car tu dois poser la même question à ton ami Macky Sall qui a déclaré avoir 8 milliards! Tu es venu riche en terrains et maisons en moins de 10 ans alors tout le monde sait que la PRESSE en général, le journal en particulier ne nourrit pas son homme au Sénégal sauf les corrompus ! Les mêmes faits que tu dénonçais au temps de Wade, se répètent tous les jours et personne ne te voit dénoncer les comportements de Cheikh Kanté et autres voleurs de nos ressources publiques.
    Triste Sénégal

  3. Enfin un journaliste qui dit la vérité dans ce pays! Madiambal n’a fait que rappeler des faits qui se sont effectivement passés. Idy c’est le lâche par excellence. Sa sournoiserie le perdra. Il se croit intelligent. Il a tapé fort sur Wade quand ça l’arrangeait. De toutes façons, les sénégalais ne sont pas dupes. Et je reprends le journaliste « oui, on était là quand tout ça se passait  » et on n’a pas oublié, ni pardonné, d’ailleurs.

  4. Vous êtes journaliste ou un militant APR? C’est vraiment triste dans ce pays.Ces dames de compagnie.
    En plus vous même, vous ne croyez pas en ce que vous dites puisque c’est sans fondement solide. LE fait que Idy ait dit à Macky qu’il ne connaissait pas le fond du problème est une raison pour dire que Macky n’a pas comploté contre idy. Au contraire le complot a toujours évoqué les chantiers de Thiès. Piètre analyse rien que plaire à Macky. Triste et vraiment triste pour toi et Talla Sylla.

  5. Merci Mr Diagne pour ce rétablissement de la vérité en rafraîchissant nos mémoires.
    Il est plus que jamais impératif de prendre notre destin en main et ne pas nous laisser guider par des policiens vampires, véreux et animés par la boulimie et du sens démesuré de pouvoir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here