PARTAGER

«Outrage à agent, rébellion, violence à agent et outrage à la pudeur.» Ce sont les péchés de Pape Ousmane Niang, condamnés à 2 mois ferme par le Tribunal correctionnel de Dakar. Mais, ce n’est pas la témérité qui fait défaut à ce jeune d’une trentaine d’années. Arrêté dans un premier temps par les policiers vers les coups de 4 heures alors qu’il revenait de la plage, selon ses déclarations, il a été relaxé après avoir révélé ses filiations. Mais, le même jour vers les coups de 23 heures, Pape Ousmane Niang a été à nouveau interpellé par les policiers dans un bar à Rufisque sans pièce d’identité. Il allait passer entre les mailles des limiers. Malheureusement, le policier, qui prenait ses filiations, s’est aussitôt souvenu de lui quand il a donné son nom. Car c’est lui qui l’avait enregistré après sa première arrestation. C’est ainsi qu’il lui a été demandé de payer une amende de 6000 F Cfa. Mais, le prévenu, qui était hors de lui, a traité les policiers de corrompus en les abreuvant d’injures. Il a même poussé plus loin son outrecuidance : il a même osé gifler le policier Abdoulaye Diao Ba. Selon les révélations du procès verbal d’enquête, il a eu même le toupet d’uriner dans sa cellule. Hier devant la barre, il a essayé de diluer sa responsabilité en arguant que ce sont les policiers, qui l’ont malmené mais qu’il n’a jamais insulté encore moins levé la main sur l’un d’eux. Il dit que ces propos lui sont prêtés par les policiers, qui voulaient le persécuter, mais qu’il n’a jamais fait du tort à une personne dans sa vie. Ce qui est loin de convaincre le représentant du ministère public, selon qui, le prévenu a osé non seulement traiter les policiers de corrompus, mais de gifler l’un d’eux. Pour ces actes qu’il qualifie d’anormaux, il a demandé au tribunal de le déclarer coupable des faits qui lui sont reprochés et de le condamner à 1 an de prison ferme. En prononçant sa décision, le juge a relaxé Pape Ousmane Dieng du délit d’outrage à la pudeur et l’a condamné pour le reste à 6 mois dont 2 mois ferme. justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here