PARTAGER

Il dit : « J’ai dévoré des masses de richesses ! »
Pense-t-il que personne ne l’a vu ?
[…]
Ne lui avons-nous pas montré les deux voies ?
Mais il ne s’engage pas dans la voie ascendante !
Al Quran, Sourate XC, La cité.
1 – La création récente d’un autre baccalauréat arabe (Décret 2013 – 913) et la mise en œuvre progressive et irréversible de la Décentra­lisation bouleverseront, à terme, les flux des cohortes scolaires dans leur répartition actuelle (système public et systèmes privé, laïc ou confessionnel) au profit de l’enseignement musulman.
2 – La langue arabe connaîtra une expansion encore plus remarquable dans ce cadre, pour des raisons essentiellement objectives :
Langue de la Foi et de «l’à – venir» ;
Langue disponible au quotidien dans toutes les familles, dans la bande FM et dans toutes les télévisions, à travers poèmes et exégèses ;
Langue de formation sociale et civique  par ailleurs  (cf. dahiras et daaras) ;
Langue de culture scientifique et technologique par essence ;
Langue d’une Umma islamique (quoique meurtrière dans ses factions extrémistes).1
3 – Les  stocks de savoirs, des bibliothèques, des théories de l’éducation, des méthodes de formation – qui n’ont jamais quitté les compétences des champs de la vie2, seront encore plus visibles pour faire connaître et vivifier les viviers endogènes de formation :
on pensera notamment aux ouvrages produits au cours du XIXème siècle avec El Hadj Omar, El Hadji Malick Sy, Cheikh Ahmadou Bamba ou Cheikh Moussa Kamara, et dont la mise en œuvre des principes a contribué à former des communautés sociales d’identité remarquable (cf. Touba, Médina Baye, Communautés Tidiane, Layène, etc.) ;
un effort d’édition critique, d’authentification et de stabilisation formelle devra certainement se faire, au vu des nombreuses versions, différemment  accentuées par exemple, qui peuvent  circuler de certains textes.
4 – Les perspectives de développement des langues populaires, en relation avec ce contexte nouveau, mettront un terme aux inefficientes campagnes d’alphabétisation des masses :
Les traductions en langues nationales du Coran et des œuvres  de toutes sortes révèlent  – bien au-delà de la seule métrique arabe, des gisements de lexiques et de structures syntaxiques insoupçonnées et à même de défendre et de réhabiliter, dans la modernité, des langues longtemps ravalées3 ;
La tradition (orale) aura droit de cité dans l’espace scolaire et médiatique où le français a presque toujours  régné en maître.4
Et à ce propos, le statut du français, langue d’enseignement et langue officielle, connaîtra un réajustement structurel. C’est à ce prix que le français pourra participer, enfin, avec les langues sénégalaises5, dans le cadre d’un réaménagement lucide, écologique des paysages linguistiques et culturels.
5 – L’école franco-sénégalaise émergente (vs Ecole française) semble plus apte à devenir une «Ecole nationale, démocratique au service du Peuple» 6 :
Ecole du Milieu, qui prend sa source dans ses ressources propres ;
Ecole de l’ihsân «qui signifie littéralement la bienfaisance» [car] «comment ne pas agir avec bienfaisance lorsqu’on est habité par la conviction que le regard de Dieu est posé sur ce que l’on fait ?»7
Ecole du contrat social, qui proscrit toutes les formes de chantage ;
Elle doit être œcumé­nique,  pour  former sans (se) perdre.
6 – Le fondateur du Mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba, parmi d’autres, avait fini de cerner les contours de la quête exigeante de la Science, en l’expurgeant de ses dimensions toxiques, comme en témoignent ces vers tirés de Massalik – Al – Jinaan :
159    « La vraie science est celle qui engendre la crainte de Dieu l’Omniscient ; celui qui n’acquiert pas cette science n’est qu’un ignorant blâmable.
160    La science apprise dans le dessein d’être  admiré ou loué ne sert(en) rien au serviteur le jour de la Résurrection
161    Non plus celle apprise dans l’esprit de compétition, de rivalité ou de mystification
162    Ni celle apprise pour le plaisir de dominer, d’être seul à informer et à porter des jugements nuisibles
163    Ni celle que l’homme avait cherchée dans l’intention de tenir ses frères croyants en servitude
164    Ni celle avec laquelle on passe le temps à jouer et à se divertir, ô mes frères, rendez-vous bien compte de la pertinence de ces propos
165    Ni celle qui remplit le cœur de jalousie, de rancune ou de fierté et qui éloigne le savant de la rectitude
166    Ni celle qui incite à la haine sourde ou manifeste, à la dispute, aux polémiques et controverses
167    Ni celle qui pousse à la présomption, à l’égoïsme, ou qui engendre la querelle ou la dissidence
168    Ni celle qui suscite la colère, l’obstination dans l’erreur et dans l’égarement, dans l’antipathie et dans la lutte
169    Ni celle qui sert d’intrigue, de moyen pour détourner ou soutirer les biens d’autrui, de thésauriser l’argent et susciter le bavardage.8»
7 – La Sourate en exergue, pour le reste, posait de manière inclusive le cadre référentiel pour offrir le meilleur paquet9 de services, pour la fin de toutes les féodalités, et pour les collaborations enfin  humaines, dans la Cité :
«Comment pourrais-tu savoir
Ce qu’est la voie ascendante ?
C’est :
Affranchir un esclave [Libérer du joug] ;
Nourrir, en un jour de famine,
Un proche parent orphelin,
Un pauvre dans le dénuement.
C’est être
Au nombre de ceux qui croient ;
De ceux qui s’encouragement mutuellement à la patience
De ceux qui s’encouragent mutuellement à la mansuétude … ».10
8 – Autant dire, pour paraphraser Cheikh Anta Diop, que l’intellectuel sénégalais doit  soigner sa formation [religieuse] et éviter  d’étudier superficiellement [le Coran] «pour en maîtriser les projections au cas particulier qu’est la réalité sociale de son pays» 11.
9 – C’est dire que si nous voulons reprendre l’initiative historique de nos destins déboussolés, l’Ecole publique actuelle se transformera en daaras … modernes pour refonder, dans nos esprits, et en pratiques, l’Université de Pire, incendiée par les Français en 1864, et qui avait «accueilli, dans ses amphis, d’illustres étudiants, tels que Malick Sy 1er, fondateur de la Théocratie du Bundu en 1695 (l’un des tout premiers étudiants de Pire), Mataar Ndoumbe Diop de Coki, Maaram Mbacké, grand-père de Khadimou Rassoul, Seydou Taal, père de El Hadj Oumar Foutiyou, Mabba Diakou Ba, Abdoul Khadre Kane et plusieurs autres Almaami du Fouta ». 12
Ousmane Sow FALL
Docteur en Didactique des Langues et Cultures
Paris III / Sorbonne Nouvelle
Inspecteur Général de l’Education nationale
Formateur à la Fastef, Er / Ucad – Dakar
oswfall@yahoo.fr

1 Alors  que  le verset est clair : «ô vous qui avez cru ! Qu’un groupe ne se raille pas d’un autre groupe : ceux-ci sont peut-être meilleurs qu’eux. Et que des femmes ne se raillent pas d’autres femmes : celles-ci sont peut-être meilleures qu’elles. Ne vous dénigrez pas et ne vous lancez pas mutuellement des sobriquets (injurieux). Quel vilain mot que «perversion» lorsqu’on a déjà la foi, Qur’an, 49,11
2 Cf. les daaras de Khelcom de Serigne Saliou.
3 On devrait, à ce propos, réfléchir sur l’efficacité des méthodes et techniques de traduction alors en vigueur à l’Université de Pire, devant la qualité des versions wolof – et certainement pular – du Coran. On se demandera, également, quelles langues véhiculaires pratiquaient entre eux ses étudiants, afin de mieux apprécier les dynamiques culturelles d’intégration dans la Sénégambie, véritable «unité de civilisation», selon le Professeur Boubacar Barry (cf. La Sénégambie du XVè au XIXè siècle. Traite  négrière, islam et conquête coloniale. Paris, L’Harmattan, 1988).
4 La finale du concours Xassaïd d’or (poèmes en arabe), diffusée par Touba TV, a décerné des lots qu’aucune autre compétition officielle – pas même le Grand Prix du Président de la République – ne peut égaler : « Pour le prix du meilleur chanteur de xassaïd, [deux candidats] sont arrivés ex aequo. Chacun a remporté une voiture 4×4 Ford Ranger en plus d’un bon de 1 million en meubles et cent mille francs Cfa comme prime de participation. Pour le prix Aluwa d’or (écoles coraniques), la palme est revenue à Ahmadou  Bamba Bousso (sur 4 primés) qui a raflé une mise de 5 millions de francs Cfa et une télévision écran plat.» Et la liste est très loin d’être exhaustive ! Cf. Le Quotidien, journal dakarois n° 3992, du lundi 30 mai 2016, p. 16.
5 Cf. le titre de l’ouvrage de P. Dumont, Le français langue africaine, L’Harmattan, 1997.
6 Pour rappeler la formule des Etats généraux de l’Education et de la Formation de 1980.
7 Cf. Souleymane Bachir Diagne, Cent mots pour dire l’Islam, Maisonneuve et Larose, Paris, 2001, p. 46.
8 Cheikh A. Bamba, Massalik – Al – Jinaan Huqqa – L – Bukau, Traduction de Serigne Sam Mbaye, Professeur de Lettres, Proviseur du Lycée Malick Sall de Louga (Sénégal), édité par Dar El Kitab, 1984, p. 44.
9 On comprendra qu’il s’agit-là d’un clin d’œil malicieux à l’acronyme PAQUET, du très vertueusement dénommé Programme d’Amélioration de la Qualité, de l’Equité et de la Transparence, financé notamment par la Banque Mondiale, pour l’éducation et la formation au Sénégal, dans la période 2012 – 2025….
10 Al Quran, Sourate XC, La cité.
11 Préface, Nation nègre et culture, Paris, Présence Africaine, 1954.
12 cf. Rewmi. com actualités,  consulté le 24  octobre 2016 à 12 :16

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here