PARTAGER

L’ancien ministre des Affaires religieuses de Wade a quitté le Grand parti pour rejoindre le chef de l’Etat. Mais entre 2017 et aujourd’hui, que de «religions» pour cet arabophone qui laisse tout le monde aphone.

Tout le monde, ou presque, le voyait rejoindre la mouvance présidentielle, après sa déclaration inattendue lors du Forum sur la religion et la citoyenneté, organisé par Serigne Abdou Samath Mbacké en mars dernier. «Je peux travailler avec n’importe qui, avec le Président Macky Sall, à condition qu’on prenne nos préoccupations (celle des arabophones) en charge», avait lancé Bamba Ndiaye. Et c’est désormais fait. En février 2017, il avait écrit : «Pourquoi j’ai décidé de rejoindre le Grand Parti !» Bamba Ndiaye était convaincu d’une chose : «Au lieu d’être une posture suprême qui catalyse autour d’elle les forces vives de la Nation sénégalaise pour la construction de l’Etat, la présidence de la République est réduite à une instance partisane, à la fois d’exclusion et de répression, mais aussi de favoritisme et de népotisme. Face à un tel péril envahissant, aucun Sénégalais n’a plus le droit de se mettre en dehors du jeu politique.»

«Macky fait preuve d’un patriotisme ardent, doublé
d’une grande ambition pour le Sénégal»
Un an après, il efface ce tableau pour écrire : «Pourquoi j’ai décidé d’accompagner le Président Macky Sall !» C’est par cette séance d’explication que l’ancien ministre des Affaires religieuses de Abdou­laye Wade a donc confirmé son départ du parti de Malick Gakou et son ralliement au camp du pouvoir. «Suite à une audience que j’ai eue avec le président de la République M. Macky Sall et compte tenu des discussions qui s’en sont suivies, j’ai pu comprendre que l’homme fait preuve d’un patriotisme ardent, doublé d’une grande ambition pour le Sénégal, mais surtout d’une sérénité rassurante. Cette posture qui s’ajoute à son bilan d’étape a fini par me convaincre de la nécessité de le soutenir et de l’accompagner pour l’obtention d’un second mandat présidentiel en 2019. (…) J’avoue que je n’ai nullement contribué à l’élection de Monsieur Macky Sall lors de son premier mandat. En revanche, je m’engage, entièrement, à faire partie des grands acteurs qui œuvrent  désormais pour sa réélection en 2019», a-t-il dit. Il ajoute, entre autres raisons : «Dès 2021, notre pays pourrait inaugurer une nouvelle ère d’exploitation du pétrole et du gaz, sans compter l’autosuffisance en riz qui pointe à l’horizon. Une phase critique qui nécessite prudence, lucidité et clairvoyance.» Mais alors, c’est maintenant seulement que Bamba Ndiaye voit ainsi cette problématique. Ce n’est plus celui qui écrivait en mai 2017, à la suite de démission de Thierno Alassane Sall et la polémique sur le contrat de Total qui l’accompagnait : «Le régime Faye-Sall va-t-il se noyer dans les barils de pétrole ?»

«L’inexpérience de certains leaders et l’ambition démesurée des autres»
L’ancien porte-parole estime aujourd’hui, et aujourd’hui seulement : «Après deux ans de compagnonnage, j’ai compris que la phase de transition politique requiert beaucoup d’expérience et de clairvoyance, tant les risques de glissement étaient réels et nombreux.» Et, il ose arguer «l’inexpérience de certains leaders et l’ambition démesurée des autres» qui ont été à la base de l’éclatement de Mànkoo wattu senegaal. Ensuite, fait-il remarquer, ce sont «les mêmes figures qui, il y a six ans, ont été engagées dans des batailles chaudes pour faire partir  Maître Abdoulaye Wade du pouvoir, et plébiscité le candidat Macky Sall, se dressent contre lui et tentent de le diaboliser, pour nous entraîner dans un travail de Sisyphe, qui implique un éternel recommencement».

«Gakou a le profil idéal pour battre Macky en 2019»
Pourtant, jusqu’en février dernier, dans un entretien avec Vox Populi, le désormais ex-membre du Secrétariat exécutif du Grand parti croyait à une autre «religion». «Gakou a le profil idéal pour battre Macky en 2019. (…) Le Grand parti dispose déjà d’un programme alternatif au Pse, à savoir le Plan suxxali senegaal. Nous sommes en train de monter une grande coalition qui va porter la candidature de El Hadj Malick Gakou. Notre candidat est un homme qui répond parfaitement aux critères d’un président de la République, comme le souhaiterait le Peuple souverain du Sénégal», avait souligné Bamba Ndiaye. Un journaliste s’était d’ailleurs interrogé en ces termes : «Après Wade, va-t-il abandonner Malick Gackou pour Macky Sall ?» On peut aussi y ajouter une autre interrogation : Après Gakou, va-t-il abandonner Macky ?
hamath@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here