PARTAGER

Le consultant sportif Tassirou Diallo a été condamné, mercredi, à 3 mois avec sursis pour escroquerie. La même peine a été appliquée à son co-prévenu, Mohamed Fall dit Yaya, agent de joueurs. Ils s’étaient engagés dans un projet pour convoyer des jeunes footballeurs à Dubaï pour des tests. L’affaire a échoué.

Le consultant sportif Tassirou Diallo a perdu un match judicaire hier. L’ancien international de football était mercredi à la barre pour le délit d’escroquerie. A l’origine, il a fait miroiter à un groupe de jeunes un voyage à Dubaï pour des tests. A l’arrivée, leur rêve d’aller monnayer leur talent ailleurs a viré au cauchemar. Cheikh Thiam, Seydou Djibril Sow et compagnie ont casqué fort pour que leur vœu de devenir des professionnels se réalise. Mais hélas cela a échoué, du moins cette fois-ci. Pour certains, ils ont donné 1, 5 million et un autre dit avoir déboursé 2 millions de francs Cfa pour les frais. Les plus chanceux ont débarqué comme prévu dans cette ville, qui n’est pas réputée pour son développement sportif. Mais ils y sont restés comme des touristes car ils n’ont pas foulé la plus petite pelouse de la ville. Le papa d’un d’entre eux a témoigné devant le juge que les gosses ont souffert là-bas. «20 jours de galère», raconte-t-il.
Le prévenu a expliqué les raisons de l’échec du projet. Il dit : «Il n’y a pas eu de tests parce que la période a coïncidé avec le mois de ramadan.» Pourtant, il a expliqué qu’il est informé de la tenue des tests par son partenaire émirati mais il ignorait qu’il n’y avait pas d’essais, dit-il. Son rôle, selon lui, se limite à l’encadrement des jeunes en tant que gérant d’une école de formation. Mais tout ce qui est lié aux questions administratives, à savoir l’obtention de visa et autres, il a indiqué que c’est son collaborateur, Mohamed Fall dit Yaya, qui s’en occupe. Il s’agit de son co-prévenu qui est agent de joueurs. Par ailleurs, Tassirou Diallo a déclaré qu’il n’était pas du voyage parce qu’il devait assurer la consultance pour une radio de la place à l’occasion de la Coupe d’Afrique des Nations de football. Il a aussi soutenu que son collaborateur avait refusé de lui remettre son billet mais aussi Mohamed lui devait de l’argent. Et il n’a pas hésité de porter plainte contre lui à la Division des investigations criminelles (Dic). Surprise. Une fois à l’enquête, les policiers ont signifié à l’ancien footballeur que sa responsabilité est aussi engagée dans cette affaire. A la barre du Tribunal de grande instance, chaque prévenu a essayé de tirer la couverture de son côté. Chacun a accusé l’autre d’avoir pris l’engagement de faire voyager les gosses. Toutefois, ils ont quelque part, tous reconnus leur responsabilité car ils ont remboursé intégralement certains. Et ils ont commencé à faire autant pour d’autres.
Mais pour le procureur, l’escroquerie est entièrement consommée. Parce que le maitre des poursuites estime que «ce sont les manœuvres frauduleuses qui ont déterminé les remises d’argent». Et d’ajouter : «On peut retenir la fausse qualité. On ne peut pas soi-même octroyé un visa. Une demande de visa obéit à une obligation très stricte.» En plus, poursuit-il, les prévenus avaient promis et le voyage et les tests. Cependant pour le représentant du ministère public, l’encadreur et l’agent méritent une situation atténuante du moment où certaines victimes ont été intégralement désintéressées. Pour la répression, il a requis 3 mois avec sursis contre les deux. La défense a plaidé le renvoi de ses clients des fins de la poursuite sans peine, ni dépens. Pour les avocats dans ce dossier, le délit «n’est pas caractérisé». Pour Me Babacar Ndiaye, «l’élément moral n’existe pas, donc on ne peut pas parler d’escroquerie». Pour l’avocat, Tassirou Diallo «était animé d’une bonne volonté de faire réussir ses gosses. Il n’a aucun intérêt à faire échouer ses enfants. Il a voulu les faire voyager malheureusement le projet a échoué. Il n’y a pas une intention frauduleuse dans cette affaire, rien n’est caractérisé». De son avis, les faits sont indépendants de la volonté de son client. Pour lui, le seul hic, c’est que le test n’a pas été effectué avec le changement de contexte (ramadan), mais Tassirou Diallo a accompli tout ce qui était dans son obligation. Me Ndiaye a demandé au Tribunal de prendre acte du désistement des parties civiles. Mais aussi le fait que le mis en cause a reconnu l’échec du fameux projet et s’est engagé à rembourser. Ils ont été reconnus coupables d’escroquerie. Ils ont été condamnés à 3 mois assortis du sursis et contraints de rembourser les sommes dues.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here