PARTAGER

Le député Aïda Mbodj s’oppose à la levée de l’immunité parlementaire de Khalifa Sall, et elle va voter contre. Elle l’a fait savoir dans une lettre adressée aux membres de l’Assemblée nationale, et qu’elle a décidé hier de rendre publique.
Rappelant plusieurs autres cas précédents, Mme Mbodj s’est désolée de ce que «la levée de l’immunité parlementaire a tendance à se banaliser. L’Exécutif y a de plus en plus recours et, souvent, pour régler des divergences politiques ou liquider un adversaire gênant, comme c’est manifestement le cas» avec Khalifa Sall. Le député en a profité pour déplorer la précipitation dont a fait montre le président de l’Assemblée, M. Mous­tapha Niasse, pour se plier à cette demande du Parquet, commandité par l’Exécutif, alors qu’il avait fait la sourde oreille quand il avait été saisi par des instances qui souhaitaient voir la représentation nationale se saisir de la demande de remise en liberté du maire de Dakar, qui venait d’être élu député.
Par ailleurs, Aïda Mbodj estime que cette affaire Khalifa Sall illustre mieux que n’importe quoi, la «fâcheuse propension de l’Exécutif à piétiner nos droits et même notre dignité de parlementaires, comme on l’a vu sous l’ancienne législature avec le cas du député Oumar Sarr».
Ce dernier avait été arrêté sans même qu’il soit demandé la levée de son immunité parlementaire, à la demande du Parquet, parce qu’il avait déclaré que l’argent des Russes avait permis à Lamine Diack de financer la campagne de Macky Sall. Il avait fini par être relâché après plusieurs semaines en prison, sans procès.
mgueye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here