PARTAGER

La pandémie du Covid-19 n’a pas laissé intactes les économies. Les petites et moyennes entreprises ont fortement souffert des conséquences de cette maladie. Avec l’appui du Pnud, des solutions sont en vue pour la relance de l’économie dans des collectivités locales.

«Renforcer la résilience des groupes vulnérables à travers la décentralisation et le développement local.» C’est le sens du forum ouvert avant-hier pour étudier l’impact de la crise du Covid-19 sur les initiatives productives des jeunes et des groupes vulnérables. Cette rencontre de deux jours avait pour objectif, «d’apprécier l’impact du Covid-19 sur les initiatives productives des jeunes et des groupes vulnérables et de recueillir leur engagement pour trouver et mettre en œuvre des solutions adéquates». En 2017, l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd) avait estimé à 408 mille les entreprises au Sénégal dont 99,8% étaient des petites et moyennes entreprises. Elles représentent 42% du total des emplois du secteur moderne, fournissent 26,5% du chiffre d’affaires et 22,4% de la valeur ajoutée. La majorité d’entre elles sont pourtant qualifiées d’informelles. Quant au secteur moderne, il fournit 26% de la valeur de l’économie.
Le représentant du ministre du Commerce a déclaré avant-hier, que ce forum devait permettre de faire le point sur l’état de la mise en œuvre du projet, d’identifier des contraintes à sa mise en œuvre, de recueillir des analyses des élus locaux, de dégager des perspectives et de faire des recommandations au niveau local. Ce projet qui, pour lui, est la continuité du plan de riposte national, «vient soutenir les micros et petites et moyennes entreprises, les coopératives et les entreprises familiales dans les communes de Bargny Montrolland, Ndiafate, Ndiop et Sandiara.
Ces communes ont été choisies sur la base d’une sélection rigoureuse. 20 petites et moyennes entreprises (Pme) ont été retenues sur les 139 qui s’étaient déclarées. Ce projet intègre dans sa mise en œuvre le slogan, «ne laisser personne pour compte».
Depuis son lancement le 7 juin dernier à Diamniadio, d’importants efforts ont été déployés pour atténuer des répercussions sanitaires, économiques et financières de la pandémie. En misant sur les acteurs, le ministère du Commerce et des Pme a pensé que «cela peut créer un déclic pour montrer à travers ce système que des opportunités existent dans notre pays».
Selon Idrissa Diabira, le Directeur général de l’Adpme, les communes choisies ne l’ont pas été au hasard. «Ce sont des communes qui se distinguent par le leadership de leur maire sur leur territoire, sur leur capacité à donner du développement dans leur territoire.»
A l’en croire, cette 2e réunion du comité de pilotage de la plateforme Covid-19, qui est un projet mis en œuvre avec le Pnud et le système des Nations unies, vise à accompagner des Pme et les acteurs à pouvoir être appuyés dans des réponses à apporter dans des luttes contre le Covid-19.
Ce projet ; a-t-il en outre indiqué, a pour ligne directrice de chercher à vivre de ce que l’on produit. Car le covid, souligne-t-il, a montré que les déplacements étaient difficiles, en poussant les gens à rester chez eux. Et pour rester chez soi, «on doit compter sur ses propres moyens», remarque-t-il.
Pour Kébira Alaoui, représentant du Pnud au Sénégal, le Covid n’a pas touché seulement le domaine de la santé. «Il a touché aussi la poche et la capacité de produire.» Il a noté que si la poche est touchée, les gens n’auront pas les capacités de se reproduire. Et c’est pour répondre à ces deux préoccupations que ce projet a été mis en place. Maintenant, comment aider les petites et moyennes entreprises et les initiatives locales de production à dépasser la crise du Covid ? Pour lui, la réponse consiste : «En produisant pour protéger et aider les populations qui souffrent de Covid-19.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here