PARTAGER

Le président de la République Macky Sall a inauguré hier la première il repose sur une enveloppe de 200 milliards de francs Cfa et va produire suffisamment d’énergie pour couvrir les besoins d’environ 2 millions de Sénégalais.

Un vent nouveau souffle au Sénégal, avec la mise en service hier, par le président de la République Macky Sall, de la première phase des travaux du premier projet d’énergie éolienne à échelle industrielle au Sénégal et en Afrique de l’Ouest, le Parc éolien de Taïba Ndiaye (Petn). Lequel parc va renforcer la production d’électricité au Sénégal. «Nous sommes, à ce jour, à peu près à 22% d’énergies renouvelables donc d’énergies propres, et à la fin des travaux de cette centrale éolienne de Taïba Ndiaye, nous serons à 30%», estime le chef l’Etat. Et ceci sans compter, poursuit-il, «qu’à partir de 2022, dans deux ans plus précisément, le Sénégal passera du gaz à l’électricité, à savoir le gaz to power, ce qui devra permettre à notre pays d’être l’un des rares qui utilisera quasiment à plus de 90% de l’énergie propre». Car rappelle-t-il, «le gaz est une clean énergie même s’il n’est pas renouvelable». Le Président Sall félicite ainsi le ministre du Pétrole et des énergies et la Senelec, lesquels, a-t-il dit, ont porté sa «vision déclinée» dans le plan Sénégal émergent, à travers «la lettre de politique de développement du secteur de l’énergie». Et selon Macky Sall, il s’agit «d’améliorer les performances du sous-secteur, de diversifier nos sources d’énergie pour nous affranchir d’une trop forte dépendance aux énergies classiques, mais aussi d’étendre la fourniture de l’électricité à l’ensemble du monde rural, afin que tout le pays soit éclairé à l’horizon 2025». Il ajoute : «En attendant l’exploitation des ressources gazières, dans deux ans», et avec «l’énergie hydraulique et solaire, nous allons nous installer résolument dans l’air des énergies propres et respectueuses de l’environnement». Et de faire remarquer : «Nous tenons ainsi progressivement nos engagements au titre de l’accord de Paris sur le climat et de sa feuille de route vers des sociétés et des économies résilientes de plus en plus sobres en carbone.» Pour preuve, dit-il, «après les 8 centrales solaires déjà en service, la centrale éolienne de Taïba Ndiaye, d’une capacité de 158,7 Mw, nous conforte dans la transition énergétique contre le réchauffement climatique». Sur le plan environnemental, le chef de l’Etat renseigne que «cette centrale permettra, en effet, d’éviter le rejet de 300 mille tonnes de gaz carbonique par an dans l’atmosphère. C’est énorme». Mieux relève-t-il, «elle permettra la fourniture d’électricité à plus de 2 millions de personnes et représente, à elle seule, 15% de notre production électrique». Et de promettre, «nous irons encore plus loin dans le mix énergétique. Nous allons maintenir le cap du ‘’Sénégal en route’’ vers un avenir plus prospère, plus éclairé, au grand bonheur de nos populations, des villes comme des campagnes». Pour cela, le Président Macky Sall demande à l’entreprise Lekela de «poursuivre l’audace en augmentant ses capacités telles que nous pourrions aller encore à 100 Mw d’éolienne. Evidemment sur la base d’un nouveau contrat d’achat d’énergies, il doit être possible, grâce à la combinaison également du stockage, de faire de Taïba Ndiaye un des foyers de production d’énergies électriques du Sénégal». Car, dit-il, «aujourd’hui nous franchissons une nouvelle étape dans notre marche résolue vers le Sénégal émergent. Et le Sénégal émergent c’est le Sénégal qui carbure, est poussé dans son élan par un mix énergétique qui allie toutes nos potentialités afin d’assurer un service continu de qualité et à des coûts compétitifs. C’est tout le sens de ma vision pour l’accès universel à l’électricité, une vision déclinée dans la programmation de la phase 2 du plan Sénégal émergent».

Macky encense la Senelec
«A travers ce champ solaire et ce parc éolien, le Cayor, la région de Thiès mais aussi le département de Tivaouane, sont en train de devenir le foyer ardent de l’énergie renouvelable du Sénégal et de l’énergie propre», dira le Président Sall, qui a salué par cette occasion «le travail de la Senelec». A l’en croire, «la Senelec est un modèle assez rare en Afrique, puisqu’il s’agit d’une société nationale 100% à capital public, qui a réussi le pari de la production, le pari du transport de la distribution, et qui, aujourd’hui, par les efforts de son management, progresse à travers le travail de ses différents directeurs généraux, à travers aussi le soutien du ministre du Pétrole et de l’énergie». Selon lui, «la Senelec est un modèle qu’il faut renforcer grâce au développement des productions indépendantes. Nous avons là un mix énergétique qui est en marche, qui permet de projeter le Sénégal parmi les pays qui respectent l’environnement».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here