PARTAGER

Le problème d’accès à l’électricité sans discontinuité se conjugue désormais au passé dans certaines îles du Saloum (Bassoul, Bettenty, Dionewar et Djirnda) où quatre centrales photovoltaïques, construites avec l’appui de la Coopération allemande, ont été inaugurées jeudi dernier par le ministre en charge du Pétrole et des énergies, Mouhamadou Makhtar Cissé, accompagné entre autres de l’ambassadeur de la République d’Allemagne au Sénégal Stephan Roken.

C’est une véritable révolution qui vient de s’opérer dans les îles de Bassoul, Bettenty, Dionewar et de Djirnda où les populations qui n’avaient accès à l’électricité que par intermittence peuvent désormais en disposer 24h/24. Cela, grâce à la mise en place de quatre centrales photovoltaïques d’un coût global de 4 milliards 800 millions de francs Cfa. Le ministre du Pétrole et des énergies, qui s’exprimait jeudi dernier lors de la cérémonie d’inauguration symbolique de la centrale de Dionewar, d’une capacité de 402 kw, s’est réjoui du fait que ces centrales, avec leur technologie hybride (solaire/diesel), aient pu contribuer à la résorption de la fracture énergétique dans la mesure où elles permettent désormais de donner de l’électricité en continu à ces insulaires qui n’en bénéficiaient que de 12 à 18h par jour. «Ces belles réalisations constituent une parfaite illustration du combat que nous menons pour l’accès à l’électricité pour tous, impulsé par le président de la République, afin d’améliorer les conditions de vie des populations rurales pour qu’elles puissent aspirer à l’émergence au même titre que celles des zones urbaines», a affirmé Mouhamadou Makhtar Cissé.
Il a aussi fait savoir qu’en dehors de ces quatre centrales réalisées grâce au Programme de promotion des énergies renouvelables, financé à 34 millions d’euros par la Coopération allemande, il est prévu des centrales secondaires à Goudiry, Kidira et Médina Gounass ainsi que la centrale photovoltaïque de 23 Mwc de Diass qui sera aussi prochainement inaugurée. Par ailleurs, le ministre a indiqué que pour parvenir à un accès universel à l’électricité à l’horizon 2025, un projet spécifique sera mis en place pour que les autres îles du Sénégal puissent bénéficier de ces types de centrales.
Dans son allocution de bienvenue, le maire de Dionewar a, après avoir exprimé l’immense joie de ses administrés, rappelé leur calvaire d’antan. «Pour en arriver là, le chemin a été long. L’euphorie née des premières installations dans les années 90 qui nous avaient permis de disposer du courant 24h 24 a été d’une courte durée. Dans un premier temps, l’électricité n’était plus disponible qu’à partir de 17h, ensuite à partir de 14h et de 14h on est passé à 12h», s’est remémoré Ansoumana Sarr. Pour qui, la désormais disponibilité de l’électricité en continu constitue le troisième «miracle» réalisé dans les îles du Saloum par le chef de l’Etat Macky Sall, à la suite de l’adduction d’eau potable et du bitumage du tronçon Joal-Samba-Djifer.
Dans la foulée, l’édile de Dionewar a vivement salué l’impact positif que ces infrastructures ne manqueront pas d’avoir sur les activités socio-économiques de la localité. «Ces centrales solaires vont considérablement changer notre quotidien dans la mesure où les écoles, les commerces, l’administration, les établissements sanitaires vont pouvoir fonctionner de manière ininterrompue et dans de meilleures conditions. De plus, le casse-tête de la conservation de nos produits halieutiques ne sera plus qu’un vieux souvenir», s’est-il réjoui. Profitant toujours de cette tribune, M. Sarr a invité le ministre à tout mettre en œuvre afin de permettre aux populations insulaires de pouvoir bénéficier des retombées de l’exploitation prochaine du pétrole découvert au large de Sangomar. En écho, Mouhamadou Makhtar Cissé a demandé aux jeunes de la localité à se préparer en conséquence par le biais de formations en rapport avec l’industrie du pétrole.
dndong@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here