PARTAGER

La ministre de la Femme, de la famille, du genre et de la protection des enfants, Ndèye Saly Diop Dieng, a procédé hier à l’inauguration de la Case des tout-petits de Thiènaba Seck. Un centre d’éveil, construit par le groupe Nsia, d’une enveloppe de 64 millions de F Cfa, qui va améliorer les conditions d’études de la petite enfance dans la cité religieuse de Amary Ndack Seck.

Le Groupe Nsia vient de caser les petits bouts-de-bois de Dieu de Thiènaba Seck en procédant hier à l’inauguration de la Case des tout-petits. Une aubaine pour ce sanctuaire de l’islam, dense de plus de 16 mille âmes, où l’éducation des tout-petits reste une priorité. Surtout que, jusqu’à ce jour, l’éducation dans ce foyer religieux est exclusivement coranique. Pour Jean Kacou Diagou, président directeur général du Groupe Nsia, c’est tout le sens qu’il convient de donner à cette action de haute portée sociale, inscrite dans le cadre de la Responsabilité sociétale de l’entreprise (Rse) de son groupe d’assurances et de banque. Selon lui, la réalisation de cette case des tout-petits traduit tout l’intérêt que le groupe Nsia, à travers sa fondation, accorde à l’éducation des enfants notamment des petites filles en Afrique et au Sénégal. Car à l’en croire, «les filles représentent une ressource humaine de qualité pour l’émergence de notre pays. Quand elles incarnent une responsabilité, vous pouvez être tranquille. Elles sont compétentes, rigoureuses, fidèles et elles savent où elles vont. Donc, plus on a des filles et des jeunes filles formées, plus notre pays se développera». Aussi, M. Diagou signale que «l’éducation constitue le premier pas pour tout progrès social. C’est aussi le fondement de toute communauté humaine, qui se veut moderne et ambitieuse avec des citoyens instruits et respectueux des règles qui en régissent le fonctionnement. Sans l’école, la religion et la culture, il ne saurait exister de valeurs partagées fondatrices d’une Nation soudée dans laquelle le principe d’égalité des chances est une réalité». Il ajoute : «L’entrée en scolarité doit être la première marche vers l’avenir de l’enfant. Dans cette perspective, notre ambition est que cette école soit un véritable espace de vitalité, d’éveil et de préparation des enfants de Thiènaba dès leur plus jeune âge en leur donnant un maximum de chances de réussite dans le village planétaire mondial.»
A sa suite, la ministre de la Femme, de la famille, du genre et de la protection des enfants, Ndèye Saly Diop Dieng, qui a présidé la cérémonie d’inauguration de la case des tout-petits de Thiènaba Seck, offerte par le groupe Nsia à travers sa fondation, pense que l’infrastructure éducative entre dans le cadre du projet national de consolidation de notre capital humain. Elle soutient que l’édifice scolaire d’une enveloppe de 50 millions de F Cfa et entièrement équipé à hauteur de 14 millions de F Cfa, par Nsia, «marque un tournant dans l’amélioration des conditions de prise en charge de la petite enfance dans la ville sainte de Thiènaba». Aussi poursuit-elle : «Il va renforcer les actions de l’Etat du Sénégal dans le cadre de la mise en œuvre de la politique nationale de développement intégré de la petite enfance.» Pour dire, selon la ministre, «c’est un choix pertinent et utile qui constitue de par les impacts attendus une contribution essentielle à la consolidation du rentier des enfants à l’éclosion de leur talent et aptitude dans tous les domaines pour un bon départ vers un citoyen responsable». En outre, Mme Ndèye Saly Diop Dieng ajoute que «la construction de cette infrastructure participe bien à l’amélioration de l’accès aux structures de prise en charge des premières années de la vie conformément à l’orientation stratégique du Paquet II découlant de la volonté du chef de l’Etat de généraliser la prise en charge de la petite enfance». Ainsi dit-elle, «la Fondation Nsia nous permet de rester au cœur des recommandations issues des Assises nationales de l’éducation et de la formation et dans l’axe II du Plan Sénégal émergent relatif à l’optimisation du capital humain qui passe par un système éducatif ouvert et performant alliant inclusion équité et qualité». Dans son speech, la ministre rappelle que «bien éduquer un enfant, c’est investir sur le futur citoyen en lui permettant à l’âge adulte de participer dignement au développement et aux progrès de l’humanité».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here