PARTAGER

Au campus social de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, les étudiants ont rompu hier le jeûne dans la tristesse. En effet, un incendie d’une rare violence s’est déclaré à quelques minutes de la rupture.
L’explosion du poste électrique, installé au couloir K du pavillon A du campus social, est à l’origine du sinistre. Plus de peur que de mal, car aucun dégât matériel ou une perte en vie humaine n’a été enregistré. Alertés, les sapeurs-pompiers se sont dépêchés sur les lieux. Aidés par les étudiants, ils n’ont pas mis du temps pour maîtriser le feu.
Les commentaires vont bon train. Certains pensent que les branchements anarchiques dans les chambres d’étudiants seraient la principale cause. Par contre, d’autres dénoncent la vétusté des appareils électriques et un manque d’entretien des installations par les autorités universitaires.
Selon certains résidents, à côté du poste électrique, ils avaient commencé à sentir l’odeur du caoutchouc. Et malgré leurs alertes auprès des autorités du Coud, il n’y a eu aucune réaction d’anticipation d’elles.
Hier soir, une obscurité grandissante a régné au pavillon A où la plupart des locataires ont déserté les lieux pour s’installer dans d’autres pavillons, de peur d’être réveillés par les flammes la nuit. Des murs calcinés et des couloirs inondés d’eau constituaient le décor du pavillon A.
bseck@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here