PARTAGER

L’année blanche que redoutent beaucoup n’aura pas lieu. Mamadou Talla, ministre de l’Education nationale, en est convaincu. Il a annoncé une reprise des cours à un autre moment plus propice, compte tenu de la situation sanitaire, sans préciser la date.

Mamadou Talla n’a sans doute pas bien dormi mardi. Engagé dans une opération aussi importante que périlleuse, le ministre de l’Education nationale tente de dissiper les peurs. Alors que c‘était dans le but de sauver l’année scolaire que l’Etat avait décidé de la reprise des cours le 2 juin. Et malgré le report de dernière minute, dû à la contamination au Covid-19 de 10 membres du personnel, le gouvernement compte toujours mener l’année scolaire à son terme. L’assurance en a été faite mardi par le ministre de l’Education nationale Mamadou Talla. «Nous nous engageons donc, en relation avec le ministère de la Santé et de l’action sociale, à poursuivre les efforts déjà entamés en vue de nous préparer à la prochaine reprise des cours», a précisé M. Talla, faisant la lecture du communiqué conjoint avec son collègue en charge de la Formation professionnelle Dame Diop. «La préparation de la reprise a toujours été guidée par le souci de sauver l’année scolaire tout en préservant la santé des populations, conformément aux orientations données aux autorités administratives, présidents des Comités régionaux de gestion des épidémies», a insisté M. Talla lors de son face-à-face avec les journalistes à la sphère ministérielle. A propos de la reprise dont la date reste encore à définir, M. Talla a souhaité voir la dynamique enclenchée se poursuivre. «Cette belle synergie qui a prévalu depuis le début de la crise pour accompagner cette importante activité est à saluer et à maintenir pour garantir de meilleures conditions de redémarrage des enseignements-apprentissages dans une dynamique partenariale, associant syndicats d’enseignants, société civile, parents d’élèves etc.», a-t-il soutenu. Mamadou Talla a rassuré que tout était fin prêt pour un retour dans les conditions édictées par le protocole sanitaire du ministère de la Santé. «Les dispositions d’ordre sanitaire, sécuritaire, pédagogique et logistique ont été prises pour assurer, en concertation avec tous les acteurs institutionnels et la communauté éducative, une reprise progressive et maîtrisée des enseignements-apprentissages», a précisé M. Talla. Un avis loin pourtant de faire l’unanimité au constat des sorties des syndicats d’enseignants et apprenants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here