PARTAGER

Hier, la chanteuse Amy Collé Dieng a été placée sous mandat de dépôt par le juge du premier cabinet pour offense au chef de l’Etat et diffusion de fausses nouvelles. Me Ciré Clédor Ly, avocat de l’artiste qui parle de «détention arbitraire», et ses confrères ont introduit une demande de mise en liberté provisoire.

Amy Collé Dieng a passé, hier, sa première nuit en prison. Après avoir subi un retour de Parquet lundi, elle a été placée sous mandat de dépôt ce mardi par le juge du 1er cabinet d’instruction. Malgré les demandes de clémence répétées en chœur par le monde artistique. Pour éviter à leur cliente de suffoquer sous la chaleur carcérale, les conseillers de la chanteuse ont automatiquement déposé une mise en liberté provisoire sur la table du juge d’instruction. «Nous avons immédiatement déposé une demande de liberté provisoire pour détention arbitraire. Et nous attendons qu’il y statue. Et dans tous les cas, suite sera donnée dans l’hypothèse où elle reste en détention», a informé Me Ciré Clédor Ly à sa sortie du bureau du magistrat. Pour lui, «notre cliente est désormais en détention arbitraire dans la mesure où elle est dans une situation où la loi ne permet pas qu’elle soit placée sous mandat de dépôt». Parlant de détention arbitraire, Me Ly atteste qu’il s’est fondé sur la loi. Il dit : «La loi de procédure dit que lorsque le maximum de la peine encourue ne dépasse pas 3 ans d’emprisonnement, la personne régulièrement domiciliée au Sénégal, soit entendre par-là hors de la juridiction compétente, ne peut être placée sous mandat de dépôt pour une durée supérieure à 5 jours par un juge d’instruction.»
Cigarette entre les doigts, l’avocat continuait sa plaidoirie hors du Cabinet du juge en superposant les arguments. Il persiste et signe que «le mandat de dépôt n’est pas possible» dans cette affaire. Pour quelles raisons ? «Parce qu’elle est poursuivie : un pour offense au chef de l’Etat. La peine c’est de 3 mois à 2 ans, ensuite diffusion de fausses nouvelles, c’était une trouvaille du Parquet pour pouvoir justifier son maintien avec une disposition, notamment l’article 139 du Code de procédure pénale. Mais la diffusion de fausses nouvelles est punie de la peine d’un an à 3 ans. Et l’article 127 dit que la peine est inférieure ou égale à 3 ans. Elle a posé les deux hypothèses. Par voie de conséquence, aujourd’hui la détention de Amy Collé (Dieng) a été faite en violation de la loi», argue-t-il. A l’intention de ceux qui croient qu’un problème d’adresse s’est posée, Me Ciré Clédor affirme que sa cliente est bel et bien domiciliée aux Hlm 1. «L’alinéa 2 dit que lorsque la personne est domiciliée dans le ressort de la juridiction compétente, le juge d’instruction ne peut pas la placer sous mandat de dépôt», dit-il. Selon la robe noire, Amy Collé Dieng est arrêtée «pour des infractions de nature politique et nous pensons que c’est pour des raisons politiques aussi qu’elle est arrêtée en bravant la loi et en la violant».
Dans un enregistrement sonore diffusé sur les réseaux sociaux, l’artiste-chanteuse a tenu des propos jugés discourtois à l’encontre du chef de l’Etat, Macky Sall, au lendemain des Législatives.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here