PARTAGER
Fatou Kiné Diop, présidente Onp.

L’Observatoire national de la parité, le ministère de la Femme et l’ambassade d’Espagne ont lancé hier le Programme d’appui aux producteurs et utilisateurs de statistiques de genre. Ce projet, d’un coût global de plus de 518 millions de francs Cfa pour une durée de trois ans, va permettre une amélioration de la sensibilité-genre des documents de politiques sectorielles et nationales au Sénégal, mais aussi de renforcer le positionnement de l’Onp comme institution de référence sur l’information genre.

Le système statistique national est confronté à des problèmes en termes de ressources. Ce qui n’offre pas à l’Etat des informations précieuses et cruciales sur certains aspects de la condition des femmes qui entravent une réponse aux problématiques de développement, selon les acteurs. En effet, souligne l’Observatoire national de la parité (Onp), l’invisibilité des femmes a pour conséquence directe une préparation biaisée des documents-cadres nationaux puisque les besoins spécifiques et les intérêts stratégiques des femmes ne sont pas pris en compte «alors qu’elles sont actrices-clés du développement». Selon un document de l’Onp, environ 121 indicateurs sensibles au genre ont été retenus pour réaliser un suivi annuel de l’équité et de l’égalité de genre dans l’exécution du Pap 2 (Plan d’action prioritaire). Cette ambitieuse volonté est souvent mise en péril par la faiblesse de renseignements périodiques et durables de ces indicateurs de suivi, à cause de la faible couverture sectorielle en données désagrégées, selon les sexes. Pour relever ce défi, l’Onp a élaboré un Programme d’appui aux producteurs et utilisateurs de statistiques de genre, qui a été financé par le Royaume d’Espagne à hauteur de plus de 518 millions de francs Cfa. Au-delà d’une couverture de l’Administration au niveau central, le programme officiellement lancé hier pour une durée de trois ans (2019-2021) sera déroulé dans les régions de Kolda, Sédhiou, Kaolack et Saint-Louis.

Pour le renforcement de l’Onp comme institution de
référence sur l’information-genre
La finalité de ce projet consiste à appuyer l’intégration du genre dans les documents nationaux de bilan pour asseoir une meilleure programmation des futurs projets. Ceci à travers une amélioration de la sensibilité-genre des documents de politiques sectorielles et nationales au Sénégal. Il s’agit surtout pour le Royaume d’Espagne de renforcer le positionnement l’Onp comme institution de référence sur l’information relative sur le genre. Les statistiques de genre, explique la présidente l’Onp, permettent d’avoir des preuves scientifiques chiffrées et bien pointées sur les différences et les inégalités entre les hommes et les femmes. «Sous ce rapport, elles constituent un important apport à la planification, à la mise en place de politiques et programmes favorables à l’égalité à terme et aussi à un meilleur suivi et évaluation des politiques et programmes publics», a fait savoir Fatou Kiné Diop. Elle a vivement souhaité le fonctionnement de la Com­mission genre du système statistique. «C’est gage d’un dispositif de suivi efficace puisqu’elle permet d’établir un dialogue constant entre les différentes initiatives en cours afin que, véritablement, au Sénégal, aussi bien la fille que la femme comptent», a plaidé la présidente de l’Onp. Pour la ministre de la Femme, «ce programme, qui va poser les bases d’une réponse nationale à notre adhésion aux objectifs de développement durable de l’Agenda 2030 dont l’Odd 17, souligne l’importance de la mesure statistique comme outil pour évaluer les politiques en place et identifier les cibles spécifiques que l’action politique doit viser».
Le programme aura également le mérite d’aider à renseigner les indicateurs de toutes les politiques dans une perspective de mise œuvre de l’Odd 5 relatif à l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, a ajouté Ndèye Saly Diop.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here