PARTAGER

Après Massalikoul Djinane, le Musée du Mouridisme. Une autre infrastructure qui va voir le jour d’ici quelque temps. L’édifice est particulièrement conçu pour perpétuer l’enseignement de Cheikh Ahmadou Bamba. A cet effet, le comité de pilotage du projet a organisé hier un point de presse au Musée des civilisations noires.

C’est par un récital de khaïssades de Cheikh Ahmadou Bamba que la cérémonie a été ouverte. Devant un public venu nombreux, le comité de pilotage du projet du Musée du Mouridisme a tenu hier, lundi 13 janvier, une conférence de presse au Musée des civilisations noires. Cette rencontre d’information a permis aux différents panélistes d’expliquer, entre autres questions, «les raisons» et «l’importance» de ce projet d’une grande envergure, initié depuis 2015. Selon Serigne Chérif Mbacké Ibn Serigne Saliou, président du comité de pilotage, «le musée sera un centre pour mieux faire connaître l’histoire du fondateur du Mouridisme à travers sa riche histoire».
Dans sa communication, Serigne Chérif Mbacké a tenu à souligner que cette infrastructure «s’inspire du Palais de Topkapi d’Istanbul, en Turquie, où plusieurs objets appartenant au Prophète Mouhammad (Psl) sont conservés». Le musée se révèle donc, à en croire le coordonnateur, comme «un foyer d’enseignement et de documentation», car toute l’œuvre de Cheikh Ahmadou Bamba, dans sa grande diversité, «y sera exposée». Le musée va ainsi symboliser, de l’avis de Serigne Chérif Mbacké, le patrimoine culturel et spirituel légué par le fondateur du Mouridisme.
Expliquant l’élaboration du projet, Serigne Mactar Ndiaye, président du comité scientifique, renseigne «qu’un ouvrage aussi important ne pouvait se faire sans un travail inclusif». C’est à ce propos d’ailleurs que des experts tels que des universitaires, des historiens et des hommes de culture ont été consultés avant d’aboutir à des résultats. «Nous avons organisé un certain nombre de conférences pour mieux réfléchir sur le projet puisque le musée constitue l’identité du Mouridisme dans ses multiples facettes», détaille Serigne Mactar Ndiaye. Ce sont notamment des objets inédits qui seront présentés au public.
Ce Musée du Mouridisme, présenté par les panélistes comme un véritable joyau pour le monde musulman, permettra la conservation des objets, écrits et travaux de Cheikh Ahmadou Bamba. Pour ce faire, il sera organisé sous peu, a informé le président du comité scientifique, des activités de collecte dans les lieux où a séjourné Cheikh Ahmadou Bamba. «Des écrits du Cheikh sur le Coran et la sunna, des expositions ainsi qu’une bibliothèque donneront lieu de rencontre entre Serigne Touba et le public», a annoncé Serigne Moctar Ndiaye.
Le musée sera composé de bâtiments. L’un en forme de bateau symbolise, selon les explications de Malick Mbow, architecte et concepteur du projet, le retour d’exil de Cheikh Ahmadou Bamba. Le second, en forme circulaire, l’ensemble de son œuvre et de son héritage. «Le musée est conçu pour perpétuer l’œuvre de Bamba», précise l’architecte.
L’infrastructure sera dotée, entre autres administrations, d’un département Serigne Tou­ba, celui des khalifes qui lui ont succédé, des services informatiques et multimédias et une salle de conférence de 1 000 places.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here