PARTAGER

Le Port autonome de Dakar (Pad) est confronté aux problèmes de congestion, de retard dans la livraison, de lenteurs dans les procédures et d’absence de dialogue. Pour mettre un terme à cela, les acteurs sont à la recherche de solutions. Ils comptent ainsi élaborer un manuel de procédures des opérations portuaires. 

Le Port autonome de Dakar (Pad) souffre de plusieurs maux qui ont pour noms : congestion, retard dans la livraison, lenteurs dans les procédures, absence de dialogue et problème de sécurité, entre autres. Ce port, qui existe depuis 1865, a vu ses activités augmenter, alors que son espace s’est réduit comme peau de chagrin. Face à cette situation, les acteurs rencontrent d’énormes difficultés dans le fonctionnement de cette infrastructure. Pour y remédier, la direction générale et les acteurs portuaires ont été en conclave à Saly.
Le directeur général du Pad, Aboubacar Sadikh Bèye, a indiqué que cette concertation avec tous les acteurs vise à  déverrouiller le potentiel important de l’industrie maritime du Sénégal dans le cadre de la relance post Covid-19. «Nous avons connu ces six dernières années des taux de croissance de plus de 6%. Et pour autant, le port, dans ces investissements infrastructurels, n’a pas fondamentalement suivi. Nous estimons que l’activité portuaire contribue au moins à 3 points de Pib. Mais cela ne peut se faire qu’avec une intégration de toutes les volontés, qu’il y ait un port qui joue un rôle d’arbitre qui fait que la compétitivité de tous les acteurs se conjugue et qu’on arrive à une fluidité du trafic, à un enlèvement de la marchandise qui suit des normes et qu’enfin le chargeur, le client qui est le donneur d’ordres, puisse récupérer sa marchandise et poursuivre son activité économique sans pour autant passer par des frais de magasinage, de détention qui fondamentalement gênent l’activité, mais la rend moins rentable pour tous ces acteurs, qu’ils soient transporteurs, transitaires et commerçants», a déclaré M. Bèye.
Durant cet  atelier qui sera clôturé aujourd’hui, les acteurs portuaires vont se pencher sur  la tarification,  le circuit de la chaîne logistique, le transit, mais également tous les goulots d’étranglement en termes de faux frais. A terme, assure le Dg, «tous ces aspects devront trouver des solutions, et à la fin de cet atelier nous devrions sortir avec un protocole de Saly qui va énumérer tous les engagements de ces différents acteurs de la chaîne logistique, mais aussi tous les inputs, les préalables à l’élaboration d’un manuel de procédures sur l’enlèvement de la marchandise. C’est pour dire qu’aujourd’hui, tous ces acteurs travaillent, mais sans véritablement un modus operandi très clairement défini dans le cadre de procédures standards qui aident à fluidifier le trafic et les rapports», a ajouté Aboubacar Sadikh Bèye.
Le secrétaire général du gouvernement, Alioune Badara Diop, qui présidait l’ouverture de cette cérémonie, a également invité les acteurs à trouver un cadre de concertation. «Aujourd’hui, nous avons un problème de congestion, de retard dans la livraison, entre autres. Tous les acteurs qui sont au port devraient se retrouver et discuter autour de ces questions.
Pour rétablir ce dialogue, le secrétaire général du Syndicat des auxiliaires de transport du Sénégal et portuaire (Sats) juge nécessaire de réhabiliter la commission consultative et celle de manutention pour qu’elles fonctionnent comme de véritables gardiens du temple. Amadou Massar Sarr préconise par ailleurs la mise en place d’un guichet unique pour éviter les va-et-vient, ainsi qu’un barème homologué pour tous les métiers portuaires. A son avis, cela est possible dans les six mois.
A l’issue de ces trois jours d’échange, les acteurs devraient arriver à avoir une feuille de route où tous les acteurs auront exprimé leurs ressentiments, mais également proposé des solutions. «Nous devons tout faire pour que les problèmes identifiés dans le port de Dakar ne puissent pas rejaillir dans le futur port de Ndayane et du port sec de Pout», a exhorté le secrétaire général du gouvernement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here