PARTAGER

Le Programme de modernisation des villes du Sénégal (Promovilles) vient de recevoir un financement complémentaire de 80 milliards de francs Cfa de la Banque islamique de développement (Bid). L’accord de financement a été paraphé ce 14 octobre 2017, en marge des Assemblées annuelles du Fonds monétaire international (Fmi) et de la Banque mondiale par le ministre de l’Economie, des finances et du plan, M. Amadou Ba, en présence du ministre des Infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement, M. Abdoulaye Daouda Diallo. Selon un communiqué de presse reçu hier, ce financement, qui est destiné à la poursuite des activités de Promovilles, interviendra pour la voirie routière dans les villes de Guédiawaye, Pikine, Dakar, Rufisque, Mbour, Touba et Tambacounda. En outre, le financement va permettre un reprofilage et la couverture du canal de l’Ouest à Rufisque sur un linéaire de 975 ml avec la construction d’une station de pompage. D’autres infrastructures seront aussi réalisées, notamment des ouvrages de drainage (aménagement de bassins et réalisations de canaux de drainage vers la mer) pour certaines zones inondables des communes de Yeumbeul nord et sud et Malika.
Le financement couvre aussi la réalisation d’une digue route à Matam entre le premier pont de Matam et le quartier Nawel sur un linéaire de 3,75 Km.
La Bid contribue déjà, dans le même cadre, à la réalisation de quatre projets. Il s’agit de la construction de la section 2 de la Voie de dégagement nord (Vdn) sur 8 km en 2×2 voies avec des ouvrages spéciaux comme le viaduc et bowstring de Cambérène, les travaux de réhabilitation de la Route nationale n°2 sur la section Ndioum-Goléré (69 Km) , des travaux de réhabilitation de la Route nationale n°2 sur la section Goléré-Thilogne (68 Km) et les travaux de réhabilitation de la Route nationale n°7 sur la section PK120-Mako (63 Km). Promovilles est un projet du gouvernement du Sénégal qui vise à augmenter le taux d’équipements collectifs et les ressources financières propres des collectivités locales.
mamewoury@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here