PARTAGER

Le Président Macky Sall a demandé au gouvernement de finaliser les négociations relatives à la réalisation du nouveau port en eaux profondes de Ndayane.

Le Directeur général du Pad, Aboubacar Sadikh Bèye, ne rate aucune occasion pour assurer que les pourparlers entre le Port autonome de Dakar (Pad) et Dubaï port word relatives à la construction du port de Ndayane avancent à grands pas. Mais les progrès vers un accord entre les deux parties restent encore lents.
C’est pourquoi le chef de l’Etat qui évoquait la mise en œuvre cohérente et efficiente de la stratégie portuaire nationale, hier en réunion du Conseil des ministres, a demandé au gouvernement de finaliser les négociations.
Aboubacar Sadikh Bèye avait indiqué, en marge de la deuxième édition de leur randonnée pédestre mensuelle tenue fin février 2020, que «le Pad est en train de discuter avec les investisseurs afin de trouver de bons accords entre les deux parties». «Nous négocions depuis un an et demi avec Dubaï port word qui va construire le terminal à conteneurs. Mais ce port dépasse les conteneurs, parce que c’est un port multifonctions. Nous travaillons à la signature de l’avenant à la convention de concession de 2007 qui a fait que Dp world aujourd’hui est le concessionnaire du terminal à conteneurs. L’avenant va permettre à Dp world de continuer ce travail qu’il fait au Port de Dakar pour Ndayane. Nous sommes presqu’à la fin des négociations. Nous avons quelques petites divergences. Nous voulons travailler pour les générations futures. Le port de Ndayane va être construit pour une durée de plus de 100 ans. Ce sera le premier port construit par le Sénégal depuis les indépendances, car celui de Dakar a vu le jour grâce à des étrangers, notamment des Français», avait dit M. Bèye, avant d’expliquer : «Nous voulons y aller doucement. Nous avons espoir qu’au courant du mois de mars, les pourparlers vont se terminer pour signer l’accord de concession pour que les chantiers démarrent, et d’ici 2023 l’infrastructure puisse commencer à fonctionner.»
Six mois après, le dossier de cet ambitieux programme d’investissement de 3 milliards de dollars sur les trois phases traîne encore.
Le président de la République a, dans cette dynamique, demandé au ministre de l’Economie maritime, de veiller au fonctionnement optimal du Port de Foundiougne-Ndakhonga. Macky Sall, d’après le communiqué du Conseil des ministres, «a, enfin, invité le ministre de l’Economie maritime à intensifier la supervision des travaux du Port minéralier et vraquier de Bargny-Sendou et à engager, avec le ministre des Finances et du budget, le processus urgent de règlement définitif des impenses dues aux personnes officiellement recensées sur le site du projet».
Le chef de l’Etat, au titre de l’accélération du programme de modernisation des aéroports du Sénégal, a, selon le document, «demandé au ministre du Tourisme et des transports aériens de prendre toutes les dispositions pour faire démarrer, dans les meilleurs délais, les travaux de réhabilitation des aéroports, financés par l’Etat du Sénégal à hauteur de 100 milliards de francs Cfa, avec la première infrastructure prévue, celle de Saint-Louis. Il a, par ailleurs, demandé au ministre des Transports aériens et au ministre de l’Economie de tenir compte des propositions présentées par le Collectif des prestataires et investisseurs sénégalais de l’Aéroport international Blaise Diagne, dans le cadre du soutien au secteur privé sur la plateforme aéroportuaire Aibd».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here