PARTAGER

Le ministre des Infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement, Me Oumar Youm, en visite hier à Thiès pour distribuer des kits alimentaires aux chauffeurs impactés par le Covid-19, a partagé avec la communauté des transports, les grandes lignes de la réforme des transports terrestres.

La visite hier du ministre des Infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement, Me Oumar Youm, a servi de prétexte aux acteurs du transport d’entretenir la tutelle sur les difficultés auxquelles ils font face au quotidien et qui freinent le plein épanouissement du secteur du transport. De ces difficultés, le vice-président du Regrou­pement des chauffeurs, Mbacké Ndiaye, de citer la vétusté du parc automobile, la concurrence déloyale des Taxi «Allo Dakar», mais aussi et surtout les multiples tracasseries avec la police routière. Surtout qu’ils ne peuvent comprendre les attestations qui leur sont servies à tout bout de chemin et sur un même trajet. Sans compter l’excès de zèle de certains agents sur la route et sur le non-respect du port de masque par les passagers.
En réponse, le ministre Me Oumar Youm indique que le Sénégal s’est doté d’une nouvelle loi d’orientation et d’organisation du secteur du transport terrestre pour faire face à tous ces manquements notés dans le secteur. Une loi déjà votée à l’Assemblée nationale et où il ne reste que les décrets d’application, dit le ministre qui souligne d’ailleurs que «le président de la République, dans le cadre du Conseil des ministres de ce mercredi, a parlé de la modernisation des systèmes de transport». Laquelle modernisation, dit-il, «est déjà amorcée à travers des projets et programmes très importants, notamment le Plan Sénégal émergent à travers ses projets de Ter et de Brt». Mais insiste-t-il : «Nous devons aussi organiser le transport privé effectué par les opérateurs de transports privés, à travers le renouvellement du parc automobile, la professionnalisation des acteurs, particulièrement des chauffeurs, pour lesquels la protection sociale doit être au cœur de la politique sociale de transports terrestres». Ceci, dit-il, pour «lutter contre l’insécurité routière mais aussi pour renforcer le contrôle routier pour qu’il soit optimal, c’est-à-dire un contrôle intelligent, efficace qui va accompagner la dynamique de réforme».
Outre la réforme sur le transport terrestre, le ministre Oumar Youm, qui a vérifié la réalité du dispositif basé sur le respect du protocole sanitaire que le ministère de la santé a prescrit dans le contexte de lutte contre le Covid-19, rappelle qu’il est indispensable dans les gares routières de porter le masque qui est obligatoire pour les passagers et les conducteurs durant tout le temps du trajet. Aussi a-t-il insisté sur l’importance «de veiller à ce que les conditions d’hygiène soient respectées durant tout le trajet du transport». Egalement, «les dispositions qui sont prévues par la loi en termes de respect des gestes barrières». Et de se réjouir de la «très grande motivation et mobilisation des opérateurs de transport pour respecter le protocole sanitaire». Outre cette remarque, il a procédé à la remise de 2885 kits alimentaires aux chauffeurs impactés par le Covid-19 dans la région de Thiès pour une enveloppe de 200 millions de francs Cfa. «Déjà une enveloppe de 8,2 milliards de francs Cfa a été distribuée aux opérateurs de transport dans tous les segments du transport notamment celui urbain, interurbain, des mototaxis Jakarta mais aussi des taxis».
En sus de cette enveloppe, poursuit-il, «presque un milliard de francs Cfa équivalent à 14 400 kits alimentaires ont été dédiés aux chauffeurs qui n’ont pas été pris en charge dans l’enveloppe financière». Et ceci sans compter, poursuit-il, «les appuis directs aux gares routières». Et concernant la région de Thiès, «67 millions de francs Cfa ont été distribués aux gares routières dont 26 millions de francs Cfa dans le département et 8 millions de francs Cfa dans la commune». Pour simplement dire, selon le ministre des Transports terrestres, «nous sommes tous mobilisés pour un transport moderne, sécurisé, professionnel, performant et rapide. Et nous pensons que toute la communauté des chauffeurs, des transporteurs et de toutes les autres filières du transport ont compris que nous devons ensemble franchir un nouveau pas, celui de la modernité, de la sécurité et de la performance».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here