PARTAGER

Les acteurs de la pêche veulent mieux comprendre le mécanisme de l’Initiative pour la transparence des pêches (Fiti), afin d’aller ensemble vers l’installation de l’autorité qui sera en charge de ladite initiative au Sénégal. Un atelier a été initié jeudi par la Direction des pêches maritimes (Dpm) à ce propos.

Le Président Macky Sall s’est engagé en février 2016 à ce que le Sénégal intègre l’Initiative pour la transparence des pêches (Fiti). Toutefois, l’autorité chargée de la gouvernance de la Fiti n’est pas encore définie. C’est pourquoi un atelier s’est tenu jeudi pour informer les acteurs, afin qu’ils comprennent ce mécanisme de Fiti et trouver des cadres de concertation pour ensemble aller vers la mise en place de la structure.
«Il s’agit de trouver le haut représentant de l’Etat pour conduire les initiatives de Fiti, mais également permettre à toutes les parties prenantes de pouvoir dialoguer et désigner leurs représentants», a expliqué le chargé des opérations du Partenariat régional pour la conservation de la zone côtière et maritime en Afrique de l’Ouest (Prcm). Barthélemy Batieno pense ainsi que ce représentant devrait ensuite faire partie de la Commission nationale multipartite qui, à l’échelle d’autres organisations, est l’instance d’échange des différentes parties.
Chérif Sambou, chef de la Division valorisation des produits de la pêche artisanale à la Direction des pêches maritimes (Dpm), va parler dans le même sens. «Le Sénégal a eu la chance, après l’engagement de l’Etat, d’avoir été désigné pour coordonner la Fiti au niveau de l’Afrique de l’Ouest. C’est un acte fort. Et aujourd’hui, on travaille à aller vers l’installation de l’autorité qui sera en charge de la Fiti», a-t-il lancé. Avant de préciser que dans certains pays, c’est le ministère de l’Environnement, dans d’autres, celui de la Justice qui la gère. Mais, dit-il, «il faut aujourd’hui au Sénégal qu’on puisse désigner l’autorité qui sera en charge de la Fiti et son point focal qui ne travaillera que pour cette transparence dans la pêche».
Pour Babacar Balla Diop, conseiller technique n° 1 du ministre de la Pêche et de l’économie maritime, la transparence dans la gestion des pêches nécessite l’implication de toutes les parties prenantes et des différents ministères ; d’où cette approche «prudente» et «inclusive». M. Diop va rappeler que dans le but d’améliorer la transparence et la participation dans la gouvernance des pêches pour une gestion plus durable, plusieurs rencontres ont été tenues. Lesquelles ont abouti à la mise en place d’une coalition nationale pour la transparence dans la gestion des pêches.
Considérant la nécessité de concrétiser l’engagement de Macky Sall vis-à-vis de l’Initiative Fiti, il est important pour le Sénégal, dira en outre le représentant de Alioune Ndoye, de compléter toutes les étapes d’adhésion en vue de transmettre sa candidature officielle au Conseil d’administration international de la Fiti. Il informe ainsi que son ministère poursuivra le processus de consultation et de sensibilisation des parties prenantes en vue de satisfaire toutes les étapes d’adhésion à la Fiti.
mfkebe@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here