PARTAGER

Pour plus d’efficacité dans ses actions, un Comité d’initiative pour l’avènement de la Fédération sénégalaise des associations de consommateurs a été mis en place samedi par une dizaine d’associations consuméristes.

L’union fait la force. Les associations de consommateurs l’ont compris en décidant de s’organiser en fédération. Pour conforter cette volonté, ces structures ont créé le Comité d’initiative pour l’avènement de la Fédération sénégalaise des associations de consommateurs (Fésac). Dans un communiqué rendu public hier, il est indiqué qu’un comité de réflexion et de proposition a été mis en place pour l’élaboration des textes devant régir la nouvelle organisation. «Celui-ci doit soumettre ses propositions dans le courant de la semaine prochaine», souligne la note.
Pour plus d’efficacité dans leurs actions, les représentants de cette dizaine d’associations consuméristes se sont entendus à «favoriser un cadre de mutualisation des actions individuelles pour une meilleure défense des droits et intérêts du consommateur». Ceci est le fruit d’une rencontre tenue samedi à l’initiative de l’imam Youssouph Sarr et de Elimane Sall, respectivement présidents de l’Asub (Associa­tion sénégalaise des usagers de la banque) et l’Adsl (Association pour la défense des locataires du Sénégal). «Tour à tour, les participants se sont accordés, in situ, à la mise en place d’une structure fédérative telle qu’imposée par les perspectives consuméristes par rapport aux évolutions socio-économiques en cours», rapporte le communiqué.
Pour les initiateurs de la Fésac, cette initiative intervient dans un contexte de «pleine responsabilisation» du consommateur par les stratégies de développement national. «Une telle tendance reste perceptible à travers leur représentation dans la régulation de bon nombre de secteurs et aux concertations tant avec les autorités publiques que les opérateurs économiques. C’est dire que la situation invite à une action consumériste rompant d’avec les pratiques isolées sans impact significatif, pour épouser les formes d’une prise en compte appropriée des droits et intérêts économiques du consommateur», justifient-ils.
Selon eux, les grandes tendances socio-économiques associant les consommateurs inclinent à cette évolution. «Les consommateurs doivent s’approprier tous les enjeux des grandes réformes nationales afin d’y faire valoir leurs intérêts et légitimes aspirations. Cela suppose ainsi, non pas un unanimisme, mais des actions concertées à la hauteur des interpellations. C’est à cet objectif majeur qu’ont invité les initiateurs», développent ces associations consuméristes précisant que chaque entité membre «conservera l’ensemble de ses prérogatives résultant de ses statuts et aura vocation à représenter la fédération pour les missions affectées par cette dernière». «Absents» mais «excusés» de cette rencontre, l’Ascosen et Sos consommateurs sont pressentis au sein de cette fédération.
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here