PARTAGER

Dans la région de Kédougou, les questions liées à la santé sexuelle et de la reproduction sont très prégnantes. Le projet Damcam va constituer une nouvelle offre pour les adolescents qui n’ont pas forcément une excellente éducation dans ce domaine.

La santé sexuelle et de la reproduction des adolescents est une question majeure. Dans la région de Kédougou, le projet Damcam arrive à son heure pour soulager les populations des départements de Kédougou, Saraya et Salémata. «Financé par les Affaires mondiales du Canada, le projet Damcam sera exécuté sur le terrain avec les partenaires Actionaid, Aprofes et la Conafe. C’est le moment de saluer l’engagement sans faille de notre partenaire locale Keoh. Le projet Damcam sera exécuté pour améliorer l’accès aux services relatifs à la santé reproductive et aux droits connexes, en mettant l’accent sur les adolescentes et adolescents de 10 à 19 ans dans la région de Kédou­gou», précise Dr Abdoulaye Fall, directeur du projet Damcam. Bien sûr, les enjeux sont énormes dans cette région qui espère une implication de tous les acteurs pour atteindre les objectifs fixés. «Pour relever les défis à l’autonomisation et à la participation des filles et des femmes, il faut des services de qualité, des informations, une éducation et des conditions sociales qui permettent aux femmes de se maintenir en bon état de santé, faire valoir leurs droits fondamentaux», insiste Abdoulaye Fall. En tout cas les «aspirations» des bénéficiaires qui ont besoin d’un appui en éducation sexuelle. «C’est un projet qui vise l’amélioration de la santé de la reproduction. Donc il vient s’ajouter à un existant. Ce qu’ils ont trouvé sur place, c’est l’Etat qui l’avait amorcé avec d’autres partenaires. Impérativement le résultat doit être positif. S’il ne l’est pas, on n’aura pas gagné en recevant un projet de plus. L’atteinte des objectifs de ce projet passera nécessairement par le respect des cultures et des coutumes du milieu. Vous allez sur le terrain, vous trouverez des populations qui ont un vécu, qui ont des coutumes et des habitudes. N’essayez jamais de bousculer ces coutumes, il faut faire avec», recommande Saër Ndaw, gouverneur de Kédougou.
Ce projet Damcam «Ma voix ma santé», qui signifie en pulaar «Daande am- cellal am» sera mis en œuvre par Carrefour international avec plusieurs partenaires pour améliorer la vie de la population adolescente de la région de Kédougou.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here