PARTAGER

Le Service d’hygiène, qui joue un «très grand rôle» dans les inspections intra domiciliaires, a traité 124 mille 757 structures et protégé environ 4 000 personnes en 2016, a indiqué le capitaine Cheikh dit Médoune Ndao.
«En 2016, On a protégé environ 4 000 personnes durant la campagne. On a utilisé 39 mille 189 bouteilles d’insecticide, avec 124 mille 757 structures traitées sur 128 mille 185 trouvées durant cette campagne», a expliqué le responsable de la lutte anti-vectorielle du Service national de l’hygiène et point focal des aspersions intra-domiciliaires et de la lutte contre les inondations.
Il s’exprimait dans un entretien accordé à l’Aps en prélude à la Journée mondiale du paludisme prévue le 25 avril à Kaolack sur le thème «En finir pour de bon avec le paludisme». Pour lui, «le bilan reste très positif depuis le début de la lutte spécifique contre le paludisme en 2007».
La campagne est lancée à partir de juin dans les districts sanitaires de Koumpentoum (Tambacounda), de Koungheul, de Malicounda (Kaffrine) et de Nioro (Kaolack) situés dans des zones dites «rouges». «Le rapport des districts et des postes de santé ont montré qu’il y a de cas de recrudescence du paludisme dans ces localités», a-t-il dit.
Selon le capitaine Ndao, cette campagne commence par la formation des applicateurs qui font, à leur tour, du porte-à-porte et combattent dans les pièces la population vectorielle du paludisme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here