PARTAGER

Au Sénégal dans le cadre du tournage de son film, Toucouleur, Omar Sy est passé ce vendredi à l’Institut français de Dakar, histoire de satisfaire ses nombreux fans qui l’attendaient pour prendre un selfie. L’acteur français a, en présence du réalisateur Philippe Godeau, un peu abordé le film qui l’a amené au Sénégal, dit tout son bonheur d’être au Sénégal et ses ambitions d’échanger avec les cinéastes sénégalais. Retour sur une soirée courte mais comique !

Il faudrait croire que l’acteur du film Intouchables n’est pas si intouchable que cela ! Vendredi dernier à l’Institut Français de Dakar, Omar Sy s’est littéralement plié aux désirs de ses nombreux fans qui voulaient, chacun, immortaliser l’instant avec un Selfie. Avec son large sourire, le comédien jouait le jeu de ses fans quelques minutes avant l’ouverture du Théâtre de verdure. Et après l’ouverture, ses selfies devenaient l’objet de blague. «Je n’aime pas écrire, mais je vous jure le temps des autographes me manque. Vous m’avez fait faire 700 selfies. C’est énorme ! Quelle saleté, ces téléphones.» Omar Sy faisait rire son public dès les premières minutes de son allocution teintée tout au long d’instants comiques «Assa­ma­leikoum wa Dakar, sama mbokk yi, contaane naa nekk fi (Ndlr : bonsoir ma famille je suis content d’être ici). Ça fait un moment que je dis, je vais venir, je vais venir, vous ne me croyiez pas. Mais voilà, je ne suis pas un menteur. Je suis là. Je suis venu», lançait-il encore s’essayant au Wolof.
Sous un ton plus sérieux, Omar Sy reprenait, remerciant son réalisateur Philippe Godeau, l’Institut Français et encore ce public pour tout le soutien qu’il lui apporte. «Je sais que vous me soutenez beaucoup et franchement je suis très sensible à cela et je vous remercie vraiment. Parce que ça me porte, ça me pousse, ça me tire. Je suis très content, très touché. Dieu-reu-dieuf thi diap-palé bi… (Ndlr : Merci pour votre soutien)», dit-il comme un enfant qui apprend à parler, suscitant encore l’hilarité générale.
S’adressant ensuite aux cinéastes présents dans la salle, l’acteur français regrette de ne pouvoir malheureusement pas les rencontrer. «J’aimerais beaucoup échanger avec des cinéastes sénégalais, africains d’ailleurs. J’ai pu en croiser quelques-uns mais ce n’est pas la meilleure condition pour échanger. Je suis très curieux de vos créations et ça m’intéresse énormément d’échanger avec vous. J’espère qu’on va pouvoir organiser quelque chose pour échanger et que ce sera possible pendant mon séjour», soutient-il.
Concernant le film qu’il est en train de tourner au Sénégal et dans lequel il incarne le rôle de celui qui accompagne le retour aux sources du héros, de Dakar jusqu’à son village natal, Omar Sy a mentionné qu’il s’agit là d’un voyage qui l’intéressait. «Cela fait longtemps que je ne suis pas venu au Sénégal et ce film parle de ce voyage à faire et que j’avais moi-même envie de faire.» Au-delà, celui qui en 2016 était le personnage préféré des Français, confie que l’histoire le touche. «L’histoire de cet homme me touche. L’histoire de cet enfant me touche. L’aventure me touche. Il y a plein de choses. De parler du Sénégal, de tourner au Sénégal, c’est une expérience intéressante.»
L’envie de travailler avec un réalisateur comme Philipe Godeau le tentait aussi. «Philippe, c’est quelqu’un de très sensible, avec qui je partage les mêmes valeurs. On s’entend bien», a-t-il poursuivi, prévenant toutefois les journalistes curieux de ne pas les déranger dans leur quiétude. «Laissez-nous tranquille, ngir yalla (Ndlr : de grâce) (…) On vous promet qu’une fois que ce sera fait, on viendra le partager avec vous. On a besoin d’être tranquilles», a dit Omar Sy acteur dans Intouchables, De l’autre côté du périph, Les Sei­gneurs,… des films qui l’Institut Français a décidé de projeter tous les vendredis depuis début janvier, pour célébrer la présence de Omar Sy au Sénégal.
Pour finir, Omar Sy a tenu à faire un clin d’œil à l’ethnie de son père, avec ces mots en pular : «mbandiraabé hal poular mi salmini one. Teddougalmone yetttima mi weltiima», a-t-il articulé pour les remercier de leur élan de générosité.
aly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here