PARTAGER

La 42ème édition du Magal des deux rakkas de Serigne Touba Mbacké à Saint-Louis a été marquée par un fait inédit. La statue de Faidherbe dont les fidèles mourides réclamaient depuis longtemps la démolition est tombée au cours d’un orage dans la nuit du lundi au mardi.

L’un des derniers symboles de la colonisation vient de s’écrouler à Saint-Louis. Cette statue trônait depuis 1887 sur la Place Faidherbe, principale place publique de la ville de Saint-Louis qui, comme le pont Faidherbe, porte le nom du gouverneur français qui a marqué l’histoire coloniale du Sénégal et de la ville de Saint-Louis de 1854 à 1865, période pendant laquelle Saint-Louis fut la capitale de l’Afrique Occidentale Française. Gouverneur expansionniste, il avait combattu plusieurs résistants sénégalais et avait été l’artisan de la construction du pont enjambant le fleuve Sénégal pour relier l’île et le grand faubourg de Sor. Il avait aussi tracé le plan de l’île dont les constructions sont en forme de damier avec une architecture très moderne à l’époque et amélioré considérablement l’économie du Sénégal. Par contre, l’inscription figurant au bas de la statue «Le Sénégal reconnaissant» avait provoqué une polémique qui avait amené une partie de l’opinion à réclamer sa démolition. Une polémique relancée par les talibés mourides plusieurs fois lors de la célébration du Magal des deux rakkas qui a lieu chaque 5 septembre à la Place Faidherbe. Certains avaient même demandé que la place soit rebaptisée place Serigne Touba.
Dans la matinée du lundi, beaucoup de fidèles qui étaient sur place ont manifesté leur joie et leur satisfaction en voyant cette statue à terre. Certains ne se sont pas d’ailleurs empêchés de lui donner des coups de pied tout en lui lançant quelques gros mots. D’autres plus fanatiques trouvent tout simplement que c’est Serigne Touba qui a fait tomber la statue.
Les autorités sénégalaises n’ont cependant pas souvent eu la même réaction que les populations, car pour elles cette statue avec d’autres édifices comme le pont Faidherbe constituent des symboles de l’amitié et de la coopération entre le Sénégal et la France. Il reste maintenant à savoir quel usage ces dernières feront de la statue en bronze qui a su résister à l’usure du temps, mais qui apparemment souffrait d’un manque d’entretien.
cndiongue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here