PARTAGER

L’Association nationale des chroniqueurs judiciaires (Ancj) dit avoir appris, ce jeudi avec «surprise», que la mesure «injuste» d’interdiction d’accès au Palais de justice des journalistes de la presse privée est maintenue. Selon elle, malgré les demandes du Synpics, le Secrétaire général de la Cour d’Appel, Mamadou Lamine Diédhiou, qui a pris cette mesure, fait la «sourde oreille». La preuve, d’après l’Ancj, un confrère a été éconduit hier, alors qu’il était parti pour chercher un certificat de casier judiciaire. «Pire encore, le Secrétaire général de la Cour d’appel, en complicité avec des gendarmes, a décidé de faire des accusations graves contre la presse pour justifier le maintien de cette mesure scandaleuse. M. Mamadou Lamine Diédhiou soulève une menace terroriste pour justifier cette interdiction d’accès. Le magistrat explique que les organisations terroristes voudraient les plans du Palais de justice, ce qui  expliquerait cette mesure. Comme si des journalistes sont envoyés par ces dites organisations, si tant est qu’il ne s’agit pas de simples délires», expriment avec colère les chroniqueurs judiciaires.

Le garde des Sceaux saisit
Ces derniers estiment que cette mesure et ces accusations visent toute la presse. Par ailleurs, l’Ancj rappelle à M. Mamadou Lamine Diédhiou que les journalistes sont envoyés en mission de service public au Tribunal et qu’il est de son devoir de les protéger, même contre un attentat terroriste. Et le ministre de la Justice, Me Malick Sall, a été informé de cette décision.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here